Archive | décembre 2017

Départ d’une assemblée locale : attention au danger de MAL PARTIR

Force est de constater que l’exode se pratique de plus en plus dans la chrétienté savoir des croyants quittant une assemblée pour une autre, pour diverses raisons ou simplement pour prendre le temps de rester chez eux et de saisir la pensée de DIEU pour la suite savoir avec qui devront-ils communier à l’avenir et ensuite rejoindre une autre communauté/assemblée.

Le but ce cette note est d’aborder cette question sous un angle bien particulier d’où la mise en garde dans le titre. C’est de manière délibérée que je ne traite pas l’angle les raisons pour lesquelles quitter ou ne pas quitter une église locale par exemple mais le « COMMENT partir? ».

Certains d’entre nous l’avons remarqué, en avons pris conscience, il y a bien des problèmes dans la chrétienté autrement dit NOUS avons des problèmes car l’Église est un ensemble d’individus ayant cru en JÉSUS CHRIST et non pas un lieu physique. C’est de fait vous et moi qui avons des problèmes individuellement et à titre collectif au point que cela se traduise dans nos assemblées/églises locales. Ceci n’enlève en rien le fait qu’en tant que chrétiens nous ne sommes pas des anarchistes, des gens qui ne respectent aucun principe et qui agissent de manière égocentrique en ne considérant que leurs propres intérêts.

Je pense qu’il y a des moments, des situations où le croyant ne peut avoir d’autres choix que de partir, de ne plus être membre de telle assemblée/église locale spécifique au risque d’y mourir spirituellement (= d’éteindre la vie de DIEU en lui, de perdre la communion réelle et pratique avec LE SAINT ESPRIT QUI y est attristé). Cependant, il doit le faire au temps de DIEU et surtout veiller à la manière de le faire car le danger est de partir en étant une occasion de chute pour d’autres frères et sœurs parce que ayant agi de manière charnelle/naturelle.

Lorsque vient le moment de partir …

– Pars sans chercher des querelles, sans vouloir forcer les autres à comprendre ce que tu as compris/réalisé.

Ce n’est pas à ce moment-là qu’il te faut « régler tes comptes » avec les uns et les autres car si tu avais un reproche à faire à ton frère ou à ta sœur dans la foi, tu aurais dû prendre le temps de lui en parler avant dans le but que ton frère/ta sœur sois éclairé(e) et change pour ressembler davantage au CHRIST. Ne te sers pas de ce prétexte pour te venger, blesser et heurter les autres, non.

– Pars de manière respectueuse et dans la considération des autres avec qui tu as eu à partager des moments ensemble : ne disparais pas comme un voleur dans la nature et pire encore, ne pars pas en ne disant rien aux frères et sœurs en face pour ensuite le faire une fois parti(e), par téléphone ou par email… sauf si selon la volonté de DIEU, il ne t’a pas été possible de les informer de ton départ par un autre biais qu’un message écrit par exemple.

– Pars en disant ce que tu as à dire dans une atmosphère d’échange constructif, dans le but d’édifier les autres c’est à dire de permettre là encore au SAINT ESPRIT d’éclairer et de bâtir les autres au travers de ta vie. J’insiste dessus car il est souvent facile de pointer du doigt ce qui ne vas pas alors que nous-mêmes ne faisons aucun effort et sommes tout aussi responsables que les autres si ce n’est plus encore.

– Pars avec la bénédiction des frères et sœurs c’est à dire demande-leur de prier pour toi, de te bénir. Cela fait partie des principes importants. Si jamais les frères et sœurs refusent de le faire alors pars en paix mais que cela ne soit pas une raison pour aller raconter ce qui s’est passé partout au risque de tomber dans la médisance et la calomnie (« Ils se disent chrétiens mais ils ont refusé de prier pour moi avant mon départ et ont même prononcé des paroles négatives sur ma vie »).

– Pars en veillant à ce que ton cœur soit pur, exempt de tout sentiment contraire à la volonté de DIEU à l’encontre de qui que ce soit.

– Pars en priant, en bénissant les frères et sœurs avec qui tu as passé du temps, qui ont été une source de bénédiction pour toi à un moment où à un autre.

– Pars de manière à ce que ton départ soit un témoignage de la lumière qui est en toi au point que même ceux qui ne partagent pas les raisons de ton départ soit interpellés par la forme de ton départ.

Le danger est que certains en partant de la mauvaise manière ont amassé des charbons ardents sur leurs têtes et ont par la suite vu/voient leurs vies bloquées à certains endroits, leur marche avec DIEU stagner ou se détériorer depuis leur départ sans en comprendre les raisons.

Au nom de la liberté que communique L’ESPRIT SAINT et qui est mal comprise, certains ont en profité pour vivre selon la chair/leurs propres désirs et comportements humains en agissant en insensés sans réaliser la portée et la gravité de leurs actes devant LE JUSTE JUGE QUI rend à chacun selon ses œuvres. Certains sont partis des assemblées locales en étant de véritables objets de scandales, en manquant de respect à tout le monde sous prétexte qu’ils avaient été éclairés là où les autres ne l’étaient pas encore ou refusaient de l’être. Être éclairés là où les autres ne l’ont pas encore été ou ne le sont pas ne nous donne en rien le droit d’agir comme des fils de la rébellion, comme des anarchistes car LA lumière qu’est YESHUAH/JÉSUS en nous éclairant, nous ramène toujours dans les profondeurs si nous LE laissant faire et nous enseigner aussi sur les principes dans le Royaume de DIEU qui n’est pas une anarchie : on ne se comporte pas comme bon nous semble au milieu de l’Église de DIEU c’est à dire des saints. Il y a des principes divins à respecter au risque d’amasser sur sa tête des charbons ardents.

Que pensons-nous amasser sur nos têtes si ce n’est des charbons ardents lorsque nous venons de manière totalement irrespectueuse parler à un serviteur de DIEU qui hier avait pris du temps pour nous, qui nous a donné qu’il savait – dans la limite de l’éclairage qui était son partage –  et l’humilier? Il est peut-être à ce moment-là moins éclairé que toi sur un aspect de la vérité qu’est JÉSUS mais n’oublions pas que DIEU est juste et si ce serviteur pleure devant le trône de la grâce à ton sujet parce son cœur a été blessé par ton comportement, cela n’est pas bon du tout pour toi, crois-moi. N’oublie pas que DIEU est JUSTE et il y a des principes divins qu’il est bon et sage d’apprendre le plus rapidement possible.

C’est là un principe que certains d’entre nous avons oublié ou ne connaissons pas. Or le problème est que dans le monde spirituel, l’ignorance n’est pas une excuse et ne nous exempte en rien des conséquence des actes que nous avons posés, non. Elle fait simplement de nous des victimes de dommages que nous aurons éventuellement causés car lorsque nous posons des actes/parlons selon la chair (c’est à dire la manière humaine de voir et de faire les choses), nous en récolterons la destruction sous une forme ou sous une autre.

Maintenant équilibrons les choses…

Lorsque je parle de la mauvaise manière, cela ne te rend pas responsable de la fausseté des cœurs des autres ou du fait qu’ils veulent te manipuler ou te culpabiliser pour te faire croire que tu as mal agi alors que tu sais avoir agi en conformité avec ce que t’avait ordonné CELUI QUI est juste et de LUI avoir obéi en toutes choses.

Lorsqu’un responsable dans l’assemblée/l’église locale veut absolument te retenir en te proposant par exemple plus de responsabilités ou d’honneurs dans l’église locale ou te manipule d’une autre manière ou d’une autre par le chantage affectif ou par la peur afin que tu restes quand tu sais que ton temps de partir est arrivé parce c’est ce que LE SAINT ESPRIT te commande, tu dois obéir au SAINT ESPRIT. En effet, il ne te faut pas agir selon tes émotions mais tu dois considérer les réactions et paroles des uns et des autres selon la pensée divine et non selon ta pensée humaine.

 

Si tu reconnais être mal parti(e) d’une assemblée locale et d’avoir causés des dégâts parce que tu as agi par ignorance ou étant animé(e) d’un zèle amer quoique tu pensais bien faire et que LE SAINT ESPRIT t’interpelle au travers de ces mots, ne te presse pas d’aller agir (poser une action) mais vas à Ses pieds.

Laisse-LE continuer le travail qu’IL a commencé en toi et IL te dira quoi faire, comment faire, auprès de qui et surtout à quel moment.

Je reste disponible pour échanger avec toi à ce sujet. Que LE SAINT ESPRIT te conduise dans toute la vérité à ce sujet.

Le VRAI disciple par William MacDonald (livre)

Chère sœur,

Clique sur le lien ci-dessous pour télécharger le PDF du livre Le vrai disciple écrit par William MacDonald.

S’il-te-plaît, prends le temps de lire attentivement chaque chapitre de ce livre car nous avons aujourd’hui plus que jamais besoin de comprendre ou de revenir à la notion de disciple selon que LE SAUVEUR JÉSUS LE CHRIST la définit.

Toi et moi nous disons Ses disciples, notre compréhension du mot disciple et l’application que nous en faisons dans nos vies quotidiennes cadrent-elles avec ce que LE SAUVEUR attend de chacun de Ses disciples? Le titre du livre comprend l’adjectif vrai pour nous interpeller sur le fait que nous pouvons être de faux disciples autrement dit des personnes se réclamant marcher sur les traces du SAUVEUR alors qu’elles empruntent un chemin différent de celui qu’IL a emprunté et vivent une vie différente des conditions qu’IL a données pour quiconque veut devenir Son disciple.

Pour ne pas risquer de nous entendre dire ce jour-là « retirez-vous de MOI, vous qui commettez l’iniquité », arrêtons-nous et reconsidérons les choses dès leur genèse.

Avant de télécharger le PDF du livre, en voici l’avant propos : 

Cet opuscule a pour objet d’exposer quelques-uns des principes qui déterminent le statut de celui qui se veut disciple de Jésus-Christ selon le Nouveau Testament. Certains d’entre nous auront noté l’existence de ces principes dans la Parole de Dieu depuis des années peut-être, mais en auront conclu qu’ils étaient trop absolus et inapplicables dans les circonstances actuelles. Nous en étions ainsi nous-mêmes arrivés à nous mettre au diapason de notre milieu spirituel ambiant.

Un jour, pourtant, il nous a été donné de rencontrer un groupe de jeunes croyants qui avaient pris à cœur de démontrer que les conditions posées par le Sauveur pour être ses disciples sont, non seulement destinées à être vécues, mais que de leur réalisation pratique dépend l’évangélisation du monde.

Nous avons contracté envers ces jeunes gens une dette de reconnaissance pour les exemples vivants qu’ils nous ont donnés et qui illustrent la plupart des vérités énoncées dans les pages qui vont suivre. Bien que ces vérités ne soient pas encore totalement entrées dans notre expérience personnelle, nous les avons exposées comme exprimant les aspirations de notre cœur.

William MacDonald

Clique sur le lien ci-dessous pour télécharger le PDF : LE VRAI DISCIPLE par William MacDonald

Besoin d’être convaincue? REDÉFINISSONS LA CONVICTION

Chère sœur,

Se pourrait-il que ce qui te manque actuellement pour faire la volonté de DIEU ne soit pas la conviction de ce qu’IL veut et de ce qui LUI plaît mais plutôt la décision et la résolution de te soumettre ENFIN au CHEF de tous les esprits sur tel ou tel autre point?

Nous prétextons souvent attendre d’être convaincues de la volonté de DIEU pour nous y soumettre quand dans certains cas pour ne pas dire dans beaucoup de cas la vérité est que nous ne voulons pas nous soumettre à Sa volonté car aimant trop les désirs qui nous animent et les passions mondaines qui font la guerre à notre âme. Notre conception de la conviction de ce qu’est la volonté de DIEU étant si erronée que nous ne réalisons pas que la conviction nous l’avons déjà dans bien des cas mais nous persistons tout de même dans la voie de la rébellion contre LE DIEU SAINT.

En quoi ma conception de la conviction serait-elle erronée?

Être convaincue de ce qu’est la volonté de DIEU ou de ce qu’elle n’est pas n’as premièrement à voir avec nos sens/émotions naturels autrement dit ce n’est pas parce que je ne sens pas/je n’ai pas une émotion naturelle favorable à telle pensée/parole/action qu’il ne s’agit forcément pas de la volonté de DIEU.

Avoir la conviction de la volonté de DIEU devrait signifier pour nous savoir ce qu’elle est (= savoir ce que DIEU veut) pour nous y soumettre, un point c’est tout. Il n’est pas question d’attendre d’avoir une inclinaison favorable/des sentiments et sensations favorables pour accepter qu’il s’agit de la volonté de DIEU, de ce qui est juste à Ses yeux et par conséquent bon pour la nouvelle création que tu es devenue en JÉSUS LE CHRIST.

Illustration: le matin lorsqu’en plein hiver ton réveil sonne pour t’occuper de ton foyer/aller au travail ou à l’école ou autre, tu ne sens pas toujours l’envie de te lever, tu n’as pas toujours la disposition de cœur favorable pour sortir de ton lit mais tu le fais. POURQUOI? Parce que tu sais que c’est ce qu’il faut faire, tu sais que c’est la chose juste à faire.

Pourquoi lorsqu’il s’agit de ta relation avec LE SAUVEUR JÉSUS, tu as besoin d’attendre d’être « convaincue » autrement dit de ressentir quelque chose de favorable avant d’obéir?

N’est-ce pas étrange que dans bien des cas, tu ressentes le « besoin » d’attendre d’être « convaincue » que ou principalement lorsque cela n’arrange pas tes intérêts naturels/humains?

Est-il possible que tu puisses « avoir à cœur » ou « avoir la conviction » que telle voie soit la volonté de DIEU parce que tu as pris simplement tes désirs pour Sa volonté?

La séduction c’est de croire que la conviction repose sur ton appréciation naturelle/humaine/charnelle des choses, sur le fait que tu aies « à cœur » ou encore que tu sentes « fortement » que c’est la volonté de DIEU ou encore que tu aies « la paix » car il est possible que DIEU te parle et que tu sois épouvantée, que tu n’aies pas la paix comme nous le concevons. Pour en voir une illustration, je t’invite à lire le livre de Daniel dans la Bible et à voir sa réaction après avoir reçu un message divin.

Chacune de nous pourra attester avoir au moins une fois une « la conviction » que telle chose/voie était la volonté de DIEU, avoir « senti fortement dans son cœur », avoir « eu à cœur » de faire une chose ou d’emprunter une voie … et à l’arrivée avoir réalisé que malgré toute la force de ce qu’elle pensait être la volonté de DIEU, il n’en était rien.

C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de connaître LE SAINT ESPRIT dans une communion réelle,  profonde et grandissante pour apprendre à ne plus confondre Sa volonté d’un côté et la voix de nos désirs et les voies du diable d’un autre côté.

Pour ces questions sur lesquelles tu as été interpellée encore et encore par LE SAINT ESPRIT directement ou en Se servant d’autres personnes ou de diverses situations, après cette lecture, soutiendras-tu toujours que c’est la conviction de la volonté de DIEU qui te manque dans chacune de ces situations?

Se pourrait-il que tu sois en train de résister à la voix de JÉSUS LE  BON BERGER en prétextant avoir besoin d’être convaincue parce que Sa volonté ne cadre pas avec ta conception des choses?

Que feras-tu après cette lecture : continuer à résister ou te décider enfin d’obéir? Le choix t’appartient.

LE CRI SILENCIEUX : LA FACE CACHÉE DE L’AVORTEMENT par le docteur Bernard Nathanson

Ce film documentaire réalisé en 1984 gagne à être suivi intégralement que l’on soit pour ou contre l’avortement.

Que chacun regarde ne son âme et conscience et se documente ensuite en toute objectivité sur la pratique même de l’avortement.

Pour aller plus loin, lire d’autres notes dans la catégorie Avortement : ICI