Archives

L’alliance ATTEINT LES ENFANTS – à lire par tous les parents et futurs parents

Quelques mots de femmeselonlecoeurdedieu.fr

La lecture de ce texte hier a été encore un énième clin d’œil du DIEU d’Israël QUI est LE DIEU de l’alliance, un énième encouragement et une énième preuve à l’expérimenter comme étant CELUI QUI fait bénéficier à notre descendance/future descendance les fruits de l’alliance que nous avons avec LUI. Quelle grâce!!! Quel DIEU fidèle!!!

Puisse cette prière devenir celle de toute mère, de tout père mais aussi de tout futur parent car en vérité LE DIEU de l’alliance est CELUI QUI nous enseigne à vivre une vie en étant conscients de la descendance que nous portons en nous même lorsque nous ne sommes pas encore parents. En effet, que nous le voulions ou non, les actes que chacun pose aujourd’hui auront soient de bons effets pour sa descendance soient de mauvais effets. Puisse chacun dans la communion avec LE SAINT ESPRIT LE laisser lui apprendre à vivre pour les générations futures.

Que LE DIEU de l’alliance Se souvienne de toute personne qui est de la descendance de Son serviteur Charles Spurgeon qui n’est plus de ce monde.

Pour approfondir, je conseille de lire les notes de la catégorie Mère selon DIEU (ICI) et de suivre ces 2 animations directement sur YouTube :

 

L’alliance ATTEINT LES ENFANTS par Charles Spurgeon

Genèse chapitre 17 verset 7  Et j’établirai mon alliance entre moi et toi, et ta postérité après toi, d’âge en âge, pour être une alliance éternelle; afin que je sois ton Dieu, et celui de ta postérité après toi.

DIEU entend la prière

Ô Dieu, tu as fait une alliance avec moi, ton serviteur, en Jésus Christ mon Sauveur; et maintenant je te supplie que mes enfants soient compris aussi dans tes desseins de grâce. Permets-moi de croire que cette promesse est faite à moi, aussi bien qu’à Abraham.

Je sais bien que mes enfants sont « nés dans le péché et conçus dans la corruption » de même que ceux des autres hommes. Aussi n’est-ce pas sur le fait de leur naissance que je me base, car « ce qui est né de la chair est chair » et rien d’autre. Mais, Seigneur, fais-les naître du Saint-Esprit et qu’ils entrent aussi dans ton alliance de grâce.

Je te prie aussi pour mes descendants et toutes leurs générations. Sois leur Dieu, comme tu es le mien.

Le plus grand honneur que tu m’aies fait, est de m’avoir permis de te servir; que ma postérité puisse te servir aussi dans les années à venir.

Ô Dieu d’Abraham, soit le Dieu de son Isaac! O Dieu d’Anne, accepte son Samuel!

Et Seigneur, si tu as accepté la prière que je te présente pour les miens, bénis aussi les autres maisons de ton peuple, où il y en a qui ne sont pas encore à toi. Sois le Dieu de toutes les familles d’Israël. Qu’aucun de ceux qui craignent ton Nom n’ait la douleur de voir quelqu’un des siens rester inconverti! Je te le demande pour l’amour de Jésus. Amen!

Sourcehttps://www.michelledastier.com/lalliance-atteint-les-enfants-par-charles-spurgeon/

Ne garde pas ce texte pour toi, partage-le à ton tour à d’autres parents et futurs parents et n’oublie pas de réfléchir/méditer dessus et de t’approprier cette prière.

Parents, HABILLEZ-VOS ENFANTS!

J’adresse ces mots aux parents qui se réclament du CHRIST c’est-à-dire ceux qui se présentent comme étant des chrétiens, comme LUI ressemblant et suivant Ses traces.

1 Jean chapitre 5 verset 19 Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin.

Que les païens qui sont encore sous la domination du diable et de ses ténèbres se déshabillent de plus en plus au lieu de s’habiller ne devrait pas m’étonner mais que ceux qui se disent chrétiens soient confondus dans leurs tenues vestimentaires aux païens qui sont spirituellement morts, est très inquiétant. En effet, cela emmène à se questionner sur la qualité de la relation de chacun de nous avec LE SAINT ESPRIT et dans certains cas, à se demander si nous sommes même en relation/communion avec LE SAINT ESPRIT QUI je dois le rappeler est saint.

Je suis chagrinée, attristée en voyant le danger qui guette la jeune génération que ce monde veut pervertir dès le plus jeune âge et leur ôter leur innocence par tous les moyens. Les médias de masse comme la télévision se font de vrais relais pour cette mentalité tout droit venue de l’enfer, d’un style vestimentaire inspiré du diable.

Il n’est pas étonnant de voir aujourd’hui des petites filles, des adolescentes dénudées avec des mini-shorts/jupes, des parties de leurs corps à nu, des vêtements complètement transparents laissant transparaître leurs sous-vêtements… Lorsque des enfants dont les parents se réclament du CHRIST/se disent chrétiens s’habillent aussi de la sorte, je me demande : mais parents où êtes-vous?

Pensez-vous que LE SAINT ESPRIT soit d’accord avec la manière dont vous habillez vos jeunes enfants?

Aux parents qui en lisant ces mots penseront « Oh arrête d’exagérer et de voir le mal partout, ce sont de petites filles, il fait chaud et surtout LE SAINT ESPRIT ne m’a jamais rien dit à ce sujet », je veux répondre que c’est peut-être/sans doute parce qu’il y a un sérieux problème dans votre relation avec LE SAINT ESPRIT et peut-être même que vous pensez être en communion avec LUI alors qu’il n’en est pas le cas/plus le cas aujourd’hui. En effet, les croyants que nous sommes ne devons oublier l’ordre de Paul l’apôtre dans sa lettre aux Thessaloniciens :

« N’éteignez pas L’ESPRIT. » 1 Thessalociens chapitre 5 verset 19

1 Samuel chapitre 15 versets 22 à 23 22 Samuel dit : L’ÉTERNEL trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l’obéissance à la voix de L’ÉTERNEL? Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers.123 Car la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie et les théraphim. Puisque tu as rejeté la parole de l’Éternel, il te rejette aussi comme roi.

Il est donc possible d’éteindre LE SAINT ESPRIT en nous à force de vivre en LUI étant rebelles c’est à dire en faisant ce que bon nous semble, en faisant notre volonté au détriment de la Sienne. Toutefois, ceci n’est pas notre thème dans le cadre de cette note/cet article.

Les parents ne sont pas sans oublier qu’ils sont responsables aux yeux de YHWH/L’ÉTERNEL QUI leur a confié les enfants qu’ils ont mis au monde. Ils sont responsables de leur montrer la voie juste, celle selon DIEU et cela dans les moindres aspects de la vie.

Quelle voie pensez-vous leur enseigner en leur achetant des vêtements indécents, qui manquent de pudeur?

Comment expliquerez-vous à vos filles lorsqu’elles deviendront adolescentes ou plus grandes qu’une femme faisant profession de connaître et de servir DIEU doit s’habiller avec modestie, vertu et pudeur quand vous avez passé votre temps à les habiller sans modestie, sans pudeur ni vertu depuis leur bas âge?

Pensez-vous que vous serez crédibles, vous qui les avez laisser se conformer au monde dans leur manière de s’habiller depuis toutes petites? Quel exemple leur donnez-vous?

Parents, je vous supplie, habillez vos enfants, parents chrétiens habillez vos enfants.

Ma gêne est de plus en plus grandissante lorsque je suis en présence d’enfants (peu importe leur âge) et de leurs parents chrétiens qui les laissent s’habiller quelques fois de manière totalement indécente, comme des « prostituées ». L’expression peut choquer je l’admets mais il n’y a pas si longtemps dans nos sociétés modernes certains de ces vêtements indécents et impudiques étaient portés par des prostituées pour aguicher leurs clients. Aujourd’hui, au nom de la modernité et de l’évolution des mœurs, la plupart des femmes – jeunes femmes et jeunes filles – s’habillent dorénavant ainsi sans que cela ne semble plus vraiment choquer la majorité de la population qui s’est habituée à ces ténèbres.

La chaleur n’est pas une raison pour justifier que vous encouragiez vos jeunes enfants et que vous leur appreniez (en achetant et en cautionnant ce genre de tenue) à se conformer au monde dans son style vestimentaire indécent, impudique et séducteur.

NB : Je rédige ces mots avec un sentiment de tristesse parce qu’en principe, il ne devrait pas avoir besoin de dire ces choses aux parents chrétiens . En effet, LE SAINT ESPRIT devrait en principe conduire chacun dans toute la vérité y compris sur cette question mais encore une fois la qualité de notre relation avec LE SAINT ESPRIT est souvent des plus déplorables voilà pourquoi certains d’entre nous en sont au point où ils en sont : marchant en ayant l’intelligence obscurcie comme les païens qui ne connaissent pas DIEU (Lire attentivement Éphésiens chapitre 4 à partir du verset 17). 

Je vous recommande de lire d’autres notes dans la catégorie S’HABILLER POUR DIEU : ICI

Lire aussi la note : Lettre des enfants aux parents

LES PORTES OUVERTES PENDANT L’ENFANCE – extrait du livre Préparez la guerre par Rébecca Brown (très important)

Chère soeur,

Je partage avec toi ce PDF qui est la retranscription d’un extrait du livre Préparez la guerre par Rébecca Brown, livre que je te recommande de te procurer pour lire. J’ai rédigé quelques mots en guise d’introduction avec la retranscription de ‘extrait concerné. Clique pour télécharger le PDF :

Les portes ouvertes pendant l’enfance – extrait du livre Préparez la guerre par Rébecca brown

Que nos yeux s’ouvrent pour que nous voyions et considérions les choses différemment.

A bientôt

Résultat de recherche d'images pour "préparez la guerre rebecca brown"

Les parents : précurseurs de l’Avènement du Roi

Par Une autre sentinelle

Précurseur (définition): Personne qui, par son action, a plus ou moins préparé les voies à une doctrine, à un mouvement ou qui a devancé l’exposé d’une théorie.

YaH’shua/Jésus est notre précurseur dans les lieux célestes.
Hébreux 6:20 nous explique qu’Il « est entré pour nous –par-delà le rideau, dans le lieu très-saint (v. 19)- comme précurseur, ayant été fait souverain sacrificateur pour toujours, selon l’ordre de Melchisédek.« 

Notre Seigneur est la Porte et l’unique chemin qui mène au Père, et en même temps, le premier-né d’entre les morts. Par Son obéissance et Sa sainteté parfaites lorsqu’IL fut ici sur terre, puis Son sacrifice et Sa résurrection, Il fraya pour nous le chemin jusques à devant le trône du Père, auquel Il nous réconcilia. Beaucoup d’entre nous en sommes conscients. Cependant, réalisons-nous également que si Christ est notre précurseur au Ciel, nous qui Lui appartenons sommes Ses précurseurs sur la terre ?

Reprenons la définition du mot « précurseur », nous « préparons les voies à une doctrine, à un mouvement » : le retour du YaH’shua, ou encore nommé « le jour du Seigneur. »

Apocalypse 22:12 rapporte Ses propres paroles :

« Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son oeuvre.« 

Jean-Baptiste fut choisi comme précurseur afin de préparer la première venue du Fils de Dieu, Sauveur des Hommes (Lire Luc 1:17, Jean 3:28).
Pareillement, nous, Ses disciples sommes aussi appelés à continuer la tradition des apôtres en annonçant non seulement l’oeuvre qu’Il accomplit durant Sa première venue, mais également à proclamer le message de Son retour imminent en tant que Juge et Roi (Cf. les paroles de YaH’shua dans Matthieu 24-25; celles de Paul dans 1 Thessaloniciens 4:13-18 et Tite 2:11-14; celles de Pierre dans 2 Pierre 3).

Alors que je lisais un livre intitulé  « Les 7 engagements d’un précurseur » par Mike Bickle, je m’arrêtai sur cette phrase :

« Les parents font partie des précurseurs ayant le plus grand impact alors qu’ils préparent leurs enfants au retour de Jésus et leur enseignent les implications liées à Son avènement.« 

En méditant dessus, je commençai à saisir la profondeur de ces mots et l’immense privilège ainsi que le rôle décisif qu’un parent joue dans la vie de son/ses enfant(s).

Dans notre société actuelle, avoir des enfants est considéré soit comme la prochaine étape inhérente à la vie d’un individu ayant atteint la vingtaine ou la trentaine, soit encore comme une décision ne reposant que sur soi, selon le leitmotiv « Mon corps, mon choix, mon droit ». Certains considèrent la parenté comme la dernière décision à prendre si l’on veut poursuivre une brillante carrière professionnelle, et d’autres rejettent voire maltraitent leurs enfants car non-désirés/non-planifiés.

Pour nous qui suivons le Seigneur, le renouvellement de notre intelligence nous pousse à jeter un regard différent sur le but de la parenté.

Nous le savons : notre mission consiste à faire des disciples, leur enseigner à observer les commandements de YaH’shua, les baptiser en Son Nom.

Comme vous l’avez peut-être déjà observé, devenir disciple ne se fait pas en un jour. C’est un processus durant lequel la personne venant à Christ renonce à soi-même, abandonne son ancienne vie, apprend à déprécier les principes du monde pour considérer uniquement la Vérité de DIEU. Ce cheminement s’opposant aux désirs de la chair est rendu souvent plus ardu et difficile à cause des fardeaux et blessures du passé. La Parole nous dit cependant que si une personne est exposée aux principes de DIEU dans son enfance, le cours de sa vie sera drastiquement différent.

Proverbes 22:6 Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre, et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas.

Proverbes 3:1-8  Mon fils, n’oublie pas mes enseignements, Et que ton coeur garde mes préceptes car ils prolongeront les jours et les années de ta vie, et ils augmenteront ta paix. Que la bonté et la fidélité ne t’abandonnent pas; lie-les à ton cou, écris-les sur la table de ton coeur. Tu acquerras ainsi de la grâce et une raison saine, Aux yeux de Dieu et des hommes.

Confie-toi en l’Éternel de tout ton coeur, et ne t’appuie pas sur ta sagesse. Reconnais-Le dans toutes tes voies, et Il aplanira tes sentiers. Ne sois point sage à tes propres yeux, crains l’Éternel, et détourne-toi du mal. Ce sera la santé pour tes muscles, Et un rafraîchissement pour tes os. »

Avoir des enfants/être parent est un unique privilège car DIEU nous confie ainsi un être dont la vie, dès le départ, peut-être orientée vers un seul but : connaître DIEU et Son fils YaH’shua qu’Il a envoyé. Quelque part, c’est la façon la plus « naturelle » de faire des disciples.

Considérons comment le Maître fit des disciples.

Il les prit sous Son aile, les laissa Le suivre et vivre avec Lui afin d’observer de près Sa vie et Sa dévotion entière au Père Céleste. Il les nourrit spirituellement et physiquement, leur enseigna et leur expliqua les voies de DIEU, répondit à leurs questions et requêtes, apaisa leurs doutes, pria pour eux afin de Les délivrer du mal, les aima jusqu’au bout et offra Sa vie pour eux.

N’est-ce pas là la façon dont un parent prend soin de son/ses enfant(s) ?

Ses mots « Non, je ne vous laisserai pas seuls comme des orphelins, mais je reviendrai vers vous«  démontrent, par l’utilisation du mot « orphelin » qu’IL les considérait effectivement comme ses enfants, non dans la chair, mais dans l’Esprit.

Là où le Seigneur eût besoin de recruter Ses disciples par un « Suis-moi », ceux qui deviennent parents héritent d’êtres fragiles et totalement dépendants d’eux, qui ne peuvent rien faire d’autres que les suivre et les imiter.

Tel le Maître traita Ses disciples, agissons donc de même avec nos (futurs) enfants afin de faire d’eux non uniquement notre progéniture, mais des enfants spirituels et disciples de YaH’shua, afin que nous puissions les considérer tel Paul pouvait adresser Tite : « mon enfant légitime/véritable en notre commune foi » (Tite 1:4).

Que les exhortations de YaH’shua (Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas. Luc 18:16) comme de Paul (Pères, n’exaspérez pas vos enfants pour ne pas les décourager. Colossiens 3:21) soient nos encouragements afin de Leur montrer par notre comportement et nos paroles comment suivre le Seigneur.

L’ordre ici est important ! Il est facile de dire à son enfant « Ne mens/vole pas », puis quelque temps après d’emprunter avec lui/elle les transports en commun ayant acheté pour lui/elle un billet demi-tarif alors qu’il/elle a déjà dépassé l’âge limite, mais beaucoup moins évident de lui dire de ne pas mentir ni voler après avoir posé un tel acte.

Être parent est peut-être la manière la plus « naturelle » de faire des enfants, mais en même temps celle qui constamment défie notre chair et expose l’état de nos âmes. Au milieu des frères et soeurs ou de ceux que nous souhaitons amener à Christ, nous avons tendance à présenter notre meilleur visage d’enfants de DIEU. Nous faisons attention à notre comportement et à nos paroles. Mais à la maison ou sein du foyer, où nous laissons souvent notre chair aller, nous sentant à l’abri des regards externes (bien qu’Hébreux 12:1 nous dise autrement), n’oublions pas les yeux de nos enfants posés sur nous.

Ne les exaspérons pas par notre hypocrisie en leur enseignant « Fais ce que je dis, mais non pas ce que je fais », car une telle attitude les empêchera certainement d’aller vers Le Sauveur que nous professons pourtant de notre bouche.

Montrons-leur plutôt notre foi en DIEU par nos œuvres.

Faisons leur comprendre de façon concrète comment ce qu’ils ont appris à « L’école du dimanche » (si nous les y envoyons) s’applique dans leur vie quotidienne d’enfants, qu’ils soient à l’école, ou à la maison.

N’ayons pas peur de faillir à ces objectifs, car c’est précisément dans ces moments où nous agirons mal en leur présence ou à leur égard, qu’en nous relevant, nous leur montrerons un exemple d’humilité et de repentance qui restera gravé dans leurs mémoires.

L’état du monde dans lequel nous vivons est alarmant. Celui dans lequel nos enfants naîtrons et vivrons le sera davantage encore.

Notre prise de conscience actuelle déterminera en grande partie les personnes qu’ils deviendront. Il n’y a que deux options :

allons-nous par notre intégrité et notre dévotion au SEIGNEUR leur montrer Le Chemin (c’est à dire Celui) qui fera d’eux des hommes et des femmes marchant dans la vérité et éclairant les multitudes de personnes qui seront dans les ténèbres

ou bien

les préparons-nous par notre style d’éducation, notre conformité au monde et/ou notre passivité à appartenir à ceux qui seront rebelles à DIEU, offensés par YaH’shua, séduits, perdus, et dans les ténèbres ?

DIEU nous en garde.

Nous, (futurs) parents faisons partie des précurseurs ayant le plus grand impact alors que nous préparons nos (futurs) enfants au retour de Jésus et leur enseignons les implications liées à Son avènement. 

Sourcehttp://jesuschristestmavie.com/les-parents-precurseurs-de-lavenement-du-roi/

VICTIME DU DIVORCE – Parents réagissez!

Traduction du témoignage de Name WITHHELD, paru dans « above rubies » n° 83, décembre 2011

Récemment, mon attention a été attirée par le titre d’un film sur une affiche : « une fille interrompue « . Je n’ai jamais vu le film mais le titre m’a frappée comme étant très représentatif de la situation de beaucoup de femmes aujourd’hui et de ma propre histoire personnelle.

De toutes les choses qui peuvent « interrompre » le développement émotionnel et spirituel d’une jeune femme, il y en a une qui passe souvent inaperçue à cause de son rapport indirect avec le passé : la fin du mariage de ses parents. Je suis la fille de parents divorcés.

Je me souviens de façon très nette du jour où mon père est parti de la maison. Ma mère nous emmena mes sœurs et moi à la foire du County 2. Le plan de mes parents était que mon père fasse ses valises et qu’il parte avant que nous revenions. Avant de partir, j’avais dit à mon père : « Papa, je veux rester à la maison avec toi ». Normalement, je ne manquais jamais une occasion de monter à califourchon sur « La Pieuvre », mais je sentais que quelque chose ne tournait pas rond. Mon père insista pour que je parte. Je me sentis plus déterminée à rester et je me rapprochai de lui . Il avait l’air vraiment bouleversé et se retourna pour que je ne puisse pas le toucher. Soudain, je sentis comme si quelque chose se défaisait en moi et un sentiment bizarre de confusion s’empara de nous. Nous ne nous adressâmes plus la parole et je partis à la foire pour passer du bon temps – me sentant triste, rejetée et troublée.

Quand nous rentrâmes à la maison cet après-midi-là, ma mère lâcha la bombe : « Votre père et moi allons divorcer. » Mon cœur chavira et je me sentis hébétée . Ma sensibilité d’enfant de 12 ans était incapable de supporter cette tragédie qui se dévoilait. Bien qu’il s’agisse pourtant de la mort de notre famille, personne ne pleura. Je me souviens seulement avoir ressenti une grande tristesse descendre dans mon cœur et avoir cherché la solitude pour soulager ma peine.

Notre famille semblait presque idéale. C’est peut-être pour cela que j’en ressentis la perte aussi profondément. Aucun de mes parents n’avait pensé que cela pourrait lui arriver, mais l’ennemi était rusé. Des choix avaient été faits, alors bonjour les dégâts ! Ce n’était pas à la mode de se faire aider pour un mariage en difficulté dans les années 1970, encore moins d’en parler. Le divorce semblait être la seule solution pour une confiance trahie et des cœurs brisés.

Je suis sûre que maman est passée par des moments difficiles où elle pleurait seule, mais elle fit mine d’être courageuse, déterminée à tout maintenir aussi normalement que possible.

« Vous verrez encore votre père , nous assurait-elle, il n’habitera tout simplement plus ici.» Simple, n’est-ce-pas ? Je pense que tout le monde espérait que ce serait le cas.

Mais les alliances ne peuvent pas être cassées sans conséquences.

Dans le cas du divorce, les dégâts pour les enfants sont inévitables et pourtant pas immédiatement reconnaissables. Mon développement s’arrêta net . J’étais dans un âge où l’influence de mon père aurait dû aller en s’accroissant dans ma vie. Maintenant, cette influence se limitait à des « visites », souvent inconfortables à cause des sentiments non-exprimés de regret et d’inquiétude. Ma féminité bourgeonnante avait besoin d’une affection paternelle consistante, ainsi que de la protection et de l’assurance en qui j’étais en train de devenir. Mon père essaya de me donner toutes ces choses, mais le divorce réduisit le flot à quelques gouttes. En tant que père, il ne pouvait plus prendre plaisir en sa fille en toute liberté. Son amour était devenu ambivalent. En regardant en arrière, je me rends compte que cet amour ambivalent fût au cœur de mes problèmes émotionnels ultérieurs.

Pendant des années, j’étais inconsciente des blessures émotionnelles que je traînais.

La confusion dans les relations (et en particulier avec les hommes), les batailles avec l’acceptation de soi et une grande tristesse dans mon cœur étaient la nouvelle norme.

Heureusement, je suis devenue chrétienne au début de mon adolescence. Bien que cela comble largement mon déficit en amour, Dieu a attendu que j’atteigne l’âge adulte pour commencer la vraie guérison.

D’abord, il a fallu qu’il mette à nu la blessure. Pendant un voyage missionnaire universitaire à Mexico, j’ai vécu avec une merveilleuse famille très pauvre . Le fait d’être dépendante d’eux pour tout nous souda rapidement. Quand fut venu le moment de se quitter, l’émotion me rattrapa et je pleurai de façon incontrôlable. La chaleur et l’intimité de cette famille mettait à nu la cassure de la mienne. Je rentrai aux Etats-Unis en plein chaos émotionnel. Avec un cœur brisé et plein de besoins, je cherchai des avis auprès de conseillers chrétiens et de professionnels qui m’aidèrent tous à identifier mon besoin sous-jacent : accepter la vérité des effets du divorce sur moi et faire le deuil du mariage de mes parents.

J’ai commencé à poser à mes parents beaucoup de questions. Cela n’était pas facile. Cela signifiait déterrer des souvenirs douloureux. Oui, il était nécessaire de regarder ce qui s’était passé avec des yeux d’adultes. Alors que j’affrontais honnêtement le passé, de grandes émotions firent surface, y compris la colère. Cela me fit peur au début, mais j’appris à ne pas nier ce que je ressentais vraiment, aussi horrible que cela pouvait être.

Les vacances partagées entre mes deux parents, et la douleur de voir ma mère avoir des liaisons et rompre avec beaucoup d’ hommes étaient certaines des conséquences secondaires du divorce qui me fâchaient vraiment.

Après que la colère soit retombée, les larmes commençaient à couler. A chaque fois que je m’autorisai à ressentir et à verbaliser ces émotions, la guérison s’opérait profondément dans mon âme.

Le processus de maturation se réamorçait alors et se mettait à fonctionner dans mon être tout entier. Je remarquai même des changements dans mon corps physique.

De façon simultanée, je soulageai mon cœur et je mûrissais, me sentant plus légère et plus en vie ! Comme le dit Jean 8:32, connaître la vérité me rendait libre. Pour mes parents, je pense qu’il était important pour eux de voir ma lutte et pour moi de prendre du recul par rapport à eux. En revenant sur le passé et en ayant un plus grand aperçu sur ce qui s’était passé, j’ai découvert ce que j’avais besoin de pardonner.

prends tout la place SEIGNEURCela conduisit à une relation avec mes parents qui avait beaucoup plus de sens.

Récemment, j’ai pris part à une étude sur les alliances. Nous avons étudié Malachie 2 : 15 bis : « Le Seigneur ne les a-t-il pas faits un ? Et pourquoi un ? Parce qu’il cherchait une postérité selon Dieu ».

Mes notes disaient : « Cette trahison de la confiance laisse les âmes des enfants errer dans la confusion, cherchant une unité qui a été cassée et perdue. »

Dieu déteste le divorce parce que les familles brisées perturbent Son but ultime : notre unité avec Lui.

Bien que le divorce soit si répandu et largement accepté, n’oublions pas le fardeau qu’il a déposé sur les enfants.

Je pense souvent aux effets que le divorce a eus sur nos nations.

Si peu de personnes voient le sacrifice fourni par les enfants pour surmonter les privations relationnelles dues au divorce de leurs parents et nous avons déprécié l’institution même que Dieu avait prévue pour nous bénir.

Nous avons désespérément besoin d’apprendre comment transmettre l’amour basé sur l’engagement à la génération suivante.

En ce qui me concerne, je subis encore les conséquences du divorce de mes parents, et ils hantent encore mon passage sur la terre. Si cela n’avait pas contribué à m’approcher de Dieu, les conséquences auraient été bien pires.

J’ai appris qu’Il peut guérir les blessures uniques en leur genre d’une fille « interrompue » mais, quel détour long et tortueux ai-je dû faire !

Sourcehttp://aboverubies.org/index.php/2013-11-12-17-55-51/foreign-languages/french-language/2470-victime-du-divorce

Chère sœur,

Ce n’est que longtemps après le divorce des les parents que cette croyante a réalisé – avec l’aide de DIEU QUI connaît parfaitement la moindre de nos blessures intérieures – à quel point son âme avait été meurtrie par le divorce de ses parents.

Que nous le voulions ou non, les différents événements de la vie affectent nos âmes d’une manière ou d’une autre et le divorce est un fléau, une arme que le diable utilise de plus en plus dans notre génération pour détruire des familles entières : en détruisant les parents dans le présent puis l’avenir émotionnel des enfants par la suite.

Notre société banalise de plus en plus le divorce c’est à dire la destruction d’une alliance pour la vie et les dégâts sont à déplorer : déséquilibres familiaux, manque de repères émotionnels pour les enfants et une société en plein déclin et pour cause, les individus formant cette société sont blessés et meurtris à cause de divers coups émotionnels au sein des familles. Nous parlons de la désunion des époux, de la rébellion des enfants, de l´abandon de l’engagement, des parents dépassés par la génération actuelle, la division entre les différents membres de la maison où chacun se replie sur lui-même pour se construire tant que faire se peut. Tôt ou tard, les désastreuses conséquences sont manifestes et les individus en pâtissent et nombreux souffrent en silence au point de s’en vouloir les uns et les autres.

Face à une telle tragédie, il nous faut une prise de conscience pour cesser l´hémorragie au sein de nos familles sachant que cela ne pourra se faire sans l´aide du DIEU VIVANT QUI est L´AUTEUR DE LA FAMILLE, DU MARIAGE car peu importe la situation dans laquelle se trouve actuellement votre famille, sachez que rien ne LUI est insurmontable. Il vous incombe de LUI faire totalement confiance et le choix vous appartient : que choisissez-vous?

Pour finir, je vous conseille de regarder ce témoignage  d´une famille qui était sur le chemin de la destruction mais l´épouse a obéit au DIEU VIVANT et BON et la restauration divine a été leur partage malgré la relation adultérine qu´a entretenue le mari. Aux hommes cela est impossible, à DIEU tout est possible. Suivre le témoignage ICI ainsi que de lire l note suivante : NE DONNE PLUS AU DIABLE ACCÈS A TA FAMILLE