Archives

La montée des « Entendeurs »

Prends le temps de lire cet article et retrouvons-nous après pour quelques mots en commentaire suite à ta lecture :

Pourquoi la société a-t-elle changé son attitude envers les personnes qui entendent des voix ?

Par Sam Livingston

Les entendeurs se souviennent de 1987 comme l’année où entendre des voix est devenu normal. « Il reste difficile à contester que 1987 a marqué un tournant dans l’histoire de l’entente de voix », écrit Angela Woods dans un article paru dans le Journal of Mental Health (Journal de la santé mentale) intitulé « Les entendeurs de voix ». Traditionnellement, les gens qui entendaient des voix dans leur tête que personne d’autre ne pouvait entendre ont été diagnostiqués avec une schizophrénie ou un trouble bipolaire et sont devenus des exclus sociaux. Mais, depuis 1987 il y a eu un changement dans la façon dont la société réagi face aux entendeurs de voix. Plutôt que d’essayer d’arrêter les voix ou de donner aux entendeurs un traitement médical, les psychiatres encouragent les gens à dialoguer avec les voix qu’ils entendent, et ils veulent que la société considère ce comportement comme normal et acceptable.

Les gens qui entendent des voix dans leur tête sont plus communs que vous ne le pensez.

En 1991, le département de l’hygiène mentale à l’Université Johns Hopkins a publié le plus grand sondage jamais réalisé sur l’entente de voix dans l’ensemble de la population en dehors des cliniques de santé mentale. Sur les 18,000 personnes évaluées, 10 à 15 pour cent ont expérimenté une sorte d’hallucination auditive ou visuelle.

Est-ce qu’entendre des voix est normal ?

HearersDans un article de juin 2017 pour l’Atlantic intitulé « Les médiums qui entendent des voix pourraient avoir trouvé quelque chose », Joseph Frankel a discuté des réseaux croissants qui visent à aider les gens à gérer et à contrôler les voix dans leur tête. Son article tourne principalement autour des travaux du psychologue de Yale Phillip Corlett et du psychiatre de Yale Albert Powers.

Corlett et Powers essaient d’aider les gens à apprendre à contrôler les voix dans leurs têtes plutôt que de s’en débarrasser. Leur approche consiste à étudier et à observer les médiums. Les médiums permettent volontairement les voix dans leurs esprits et prétendent pouvoir les contrôler.

Frankel a écrit que chaque psychiatre à qui il a parlé « partagent la croyance qu’un comportement inhabituel ne devrait entrer dans le domaine du diagnostic que lorsqu’il cause de la souffrance ». Ils disent que les personnes qui entendent des voix n’ont pas besoin de demander une aide médicale à moins que ces voix causent des dommages.

À certains égards, cette approche peut être bonne. Souvent, les médicaments que les médecins prescrivent amplifient effectivement le problème. Mais ce qui est troublant à propos des points de vue de Frankel et des autorités qu’il cite est qu’ils croient qu’entendre des voix n’est pas étrange et n’est pas un problème tant que vous contrôlez ce que vous entendez et que vous contrôlez votre réaction à cela.

« L’influence du contexte social faisait partie de ce qui a motivé Corlett et Powers », a écrit Frankel. « Lorsqu’ils ont entrepris de concevoir leur étude, ils avaient besoin d’un groupe de personnes en bonne santé qui entendent des voix régulièrement, et dont les expériences sont acceptées dans leur groupe social ».

Un point majeur que Corlett et Powers ont entrepris de faire était que l’opinion de la société en matière de santé mentale a un impact important sur la façon dont les gens se sentent à propos d’entendre des voix dans leur tête. Les médiums acceptent ces voix et interagissent avec des gens qui ne pensent pas qu’entendre des voix est bizarre ou dangereux. Corlett et Powers croyaient que si la société dans son ensemble cesse d’étiqueter les personnes qui entendent des voix comme schizophrènes ou bipolaires, ces gens se sentiront mieux à ce sujet, et seront plus en mesure de contrôler leurs symptômes.

L’homosexualité a connu le même processus, a souligné Frankel. Dans les années 1970, l’homosexualité était un trouble mental. Puis c’est devenu largement accepté. Aujourd’hui, cela est considéré comme normal et est encouragé.

Commencer une conversation

Au milieu des années 1980, une femme aux Pays-Bas nommée Patsy Hage avait du mal à surmonter les voix dans sa tête. Elle rechercha des soins médicaux. Les médicaments ne fonctionnaient pas et Patsy devenait de plus en plus frustrée et aliénée. En 1987, elle a confronté son psychiatre, Marius Romme. Les deux ont convenu que l’approche traditionnelle de la médication et la suppression des voix ne fonctionnaient pas. Ils ont décidé d’arrêter de traiter l’entente de voix comme une maladie mentale et de commencer à en parler ouvertement.

Ils ont participé à un entretien à la télévision nationale pour discuter ouvertement avec le monde des choses que Patsy expérimentait. Des centaines de personnes ont répondu au programme en admettant qu’elles avaient entendu des voix, mais qu’elles avaient réussi à vivre avec elles sans l’aide de la psychiatrie.

C’est alors que le Mouvement des entendeurs de voix a commencé. Angela Woods a écrit que « le premier congrès mondial des entendeurs de voix a eu lieu en Hollande plus tard cette année-là [1987], et à partir de là, un mouvement international des entendeurs de voix s’est répandu d’abord au Royaume-Uni, qui compte maintenant un réseau de plus de 180 groupes d’entendeurs de voix, puis en Europe, en Australie, en Amérique et au-delà ».

Le Mouvement des entendeurs de voix est un réseau libre de groupes organisés localement dans le but d’aider les gens qui entendent des voix à surmonter les voix dans leur tête.

« Avec l’aide d’un facilitateur ou d’un conseiller, les groupes encouragent une approche dans laquelle les gens qui entendent des voix écoutent, parlent et négocient avec le message qu’ils entendent dans l’espoir d’apprendre à le surmonter », a écrit Frankel. Le New York Times a signalé que ces types de groupes « ont triplé en nombres au cours des dernières années, à plus de 80 groupes dans 21 états ».

Qui est réellement en contrôle ?

Les psychiatres admettent qu’ils ne connaissent pas très bien la science derrière les voix. Pour la communauté intellectuelle, il est difficile de déchiffrer la cause physique de ce qui semble être un problème spirituel. Dans son article, Frankel cite une anthropologue nommé Tanya Luhrmann. Lorsqu’on lui a demandé à propos de l’audition des voix et de sa relation avec la santé mentale, Luhrmann a répondu : « Il y a tellement que nous ne comprenons pas ».

Encourager les gens à adopter ces voix, et ensuite essayer de normaliser ce comportement, est par contre, l’approche la plus dangereuse.

Pourtant, la source mystifiante de ces voix devient claire et simple, si vous croyez à la Bible et comprenez qu’il y a un monde des esprits.

« Est-ce que les esprits maléfiques affectent même votre propre vie ? » a demandé Herbert W. Armstrong dans son livre Le mystère des siècles.

« C’est un mystère pour la majorité des gens, mais la Bible révèle l’existence d’un monde très réel, bien qu’invisible – une autre dimension, comme on l’appelle parfois – un autre monde existant avec le nôtre, absolument imperceptible à nos cinq sens. Il s’agit du monde spirituel », a-t-il écrit.

La Bible décrit un « dieu de ce monde » qui est aussi « le prince de la puissance de l’air ». Cet être a également « séduit toute la Terre » : C’est Satan le diable. La Bible dit que les Chrétiens n’ont pas à « lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes ». (Éphésiens 6 : 12, version Louis Segond). Elle dit aussi spécifiquement que Satan et les démons ont été précipités sur la Terre.

La Bible révèle également comment répondre à ce monde spirituel maléfique.

Jacques 4 : 7 dit « Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous ».

Éphésiens 5 : 11 dit « et ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt exposez-les » (selon la Revised Standard Version).

C’est le contraire de ce que les médecins conseillent aux gens de faire.

Les scientifiques qui rejettent l’existence du monde spirituel diront que la Bible n’est pas basée sur des faits et est non valable. Pourtant, en même temps, ils n’offrent aucune explication pourquoi les gens entendent des voix. S’ils travaillaient à partir d’une fondation qui reconnaissait le monde spirituel, ils seraient en mesure de comprendre pourquoi tant de gens entendent des voix—et même pourquoi ces chiffres ont augmenté depuis le milieu des années 1980. Ils comprendraient qu’encourager les gens à entretenir les voix est la prescription la plus dangereuse qu’ils peuvent donner ! Il est extraordinairement dangereux pour la société d’essayer de normaliser ce type de comportement.

Même beaucoup de chrétiens doutent qu’il y ait un vrai démon, littéral ou réel, ou des démons littéraux.

Pourtant, Jésus-Christ a rencontré Satan (Matthieu 4) et des démons à plusieurs reprises et a mis en garde de leurs influences maléfiques (par exemple, Marc 1 : 23-27, Matthieu 8 : 28-34 ; Matthieu 17 : 18 ; Matthieu 12 : 43-45).

Le royaume des esprits est réel, et les êtres humains sont définitivement influencés par cela. Ces esprits sont responsables de plus de problèmes dans ce monde que ce que les gens réalisent.

Sous l’influence de Satan le diable, la société veut normaliser un comportement qui contredit directement ce que Dieu enseigne dans la Sainte Bible.

Mais continuez à surveiller, parce que plus les gens adoptent ce genre de comportement, plus fou ce monde va devenir. Les universitaires sont tout aussi confus sur la façon de résoudre le problème que les gens qui se tournent vers eux à la recherche de réponses. Mais ça ne doit pas être un mystère. Vous pouvez comprendre pourquoi cela arrive. Vous pouvez comprendre qui est impliqué et comment ils sont impliqués. Et cela vous mènera à la solution réelle.

Sourcehttps://www.latrompette.fr/fr/articles/posts/la-montee-des-entendeurs?utm_source=FB&utm_medium=Boosted%20post&utm_campaign=Article%20boost&utm_content=https%3A%2F%2Fwww.latrompette.fr%2Ffr%2Farticles%2Fposts%2Fla-montee-des-entendeurs

 

Commentaire de femmeselonlecoeurdedieu.fr

Comment pensons-nous pouvoir aider ces personnes, ces « entendeurs » sans la puissance du SAINT ESPRIT manifeste et à l’oeuvre dans nos vies?

Force est de constater que nombreux sont les croyants/chrétiens qui sont aujourd’hui séduits en rejetant tout ce qui est surnaturel (tant le surnaturel de DIEU que du diable) ou en trouvant normal de ne pas vivre le surnaturel dans leur vie au quotidien. Aurions-nous oublier que la vie que DIEU nous a donnée, la vie chrétienne est avant tout une vie spirituelle, vie de DIEU que nous avons reçue dans notre esprit humain qui a été régénéré à la nouvelle naissance/lors de la naissance d’en haut?

Pour avoir pendant trop longtemps fait partie de cette catégorie de croyants, je réalise aujourd’hui le grave danger que représente un croyant dans cet état. En ce qui me concerne, je disais croire en le surnaturel de DIEU (incluant les miracles) mais dans les faits, dans la pratique de mon expérience, j’en faisais un rejet.

Peu importe les raisons pour lesquelles tu es aujourd’hui là où tu te trouves – vivant une vie qui n’a de « chrétienne » que les vérités qui dans ta vie sont demeurées stades de théories sans que cela ne te mette mal à l’aise – tu as la responsabilité aujourd’hui de changer ta manière de voir pour t’aligner sur celle du SEIGNEUR JÉSUS, de te repentir devant DIEU car même si tu as vu des faux miracles ou des abus, cela ne te dispense pas de vivre la vie chrétienne normale où l’expérience du surnaturel de DIEU devient ta norme et la manifestation de Sa puissance ton partage au quotidien. Ce n’est qu’ainsi que tu pourras aider des personnes comme les « entendeurs » qui aujourd’hui se retrouvent à s’entendre dire de vivre en paix avec ces « voix » qui sont en vérité des démons!!!

Église, réveillons-nous! Que chacun se réveille et réalise qu’il y a bien un monde spirituel qui existe et que nous sommes sur terre pour éclairer les Hommes qui sont pris au piège et malmenés par le diable sans même s’en rendre compte, à l’instar des « entendeurs ».

Comment pourrons-nous les éclairer si nous mêmes sommes incrédules et refusons de considérer ce que DIEU considère en marchant encore selon la vanité de nos pensées (Lire attentivement Éphésiens chapitre 4 à partir du verset 17)?

Pour finir, je recommande à chacun de suivre et de resuivre les différentes animations dans la catégorie Animations chrétiennes pour réveiller/grandir sa conscience du monde invisible de DIEU et du diable : ICI

As-tu déjà été piqué(e)/mordu(e) SANS LE SAVOIR ?

Je conseille la lecture intégrale de la note/l’article ci-après avant de répondre à la question en titre.

L’été dernier, le samedi 30 juin 2018 plus précisément, j’ai été me balader dans une forêt avec ma bien-aimée sœur dans la foi et amie. L’idée était de prendre de nos nouvelles respectives tout en profitant de l’air plus frais à l’ombre dans la forêt pour ne pas nous exposer au soleil. C’était une belle journée estivale avec des températures assez élevées.

Ma bien-aimée sœur me fit savoir dès les premiers instants que les moustiques venaient systématiquement la piquer car son sang les attirait. Cela me parut invraisemblable puis elle prit le temps de m’expliquer et m’assurer que la chose était ainsi. Dans les minutes qui ont suivi, j’en ai eu la preuve : elle était en train d’être constamment piqué par les moustiques au point qu’il y avait du sang sur une partie de son bras. En voyant la scène, je m’étais étonnée de n’avoir aucun problème : les moustiques ne me piquaient pas du tout. Nous avons rapidement dû aller nous abriter dans la voiture à la demande de ma sœur afin que les moustiques cessent de la piquer, pour qu’elle y soit en sécurité.

Était-elle la seule à avoir besoin d’être en sécurité par rapport aux piqûres de moustiques? Cet après-midi là je pensais que oui et pourtant…

Après avoir passé une belle soirée le samedi et une agréable journée le dimanche, combien grande fût ma surprise à mon réveil le lundi matin! En effet, durant la nuit de dimanche à lundi, je ressentais de vives démangeaisons, des sensations très désagréables si bien que je me grattais beaucoup pour me soulager. Ce n’est qu’à mon réveil le lundi matin que j’ai pu constater les dégâts au niveau de ma main et mon bras droit et de mes jambes principalement. Il m’était alors évident que j’avais été piquée par les moustiques le samedi après-midi et cela même si je n’en avais pas conscience sur l’instant et durant les heures qui ont suivi les piqûres! Le mal avait bien été fait mais mon manque de consciencecontrairement à ma sœur qui consciente du danger s’attendait aux piqûres de moustiques et était aux aguets face à eux pour les tuer pendant même que nous échangions. Elle était sur ses gardes durant le temps de notre ballade dans la forêt, ce qui ne fût pas absolument pas mon cas. J’étais au contraire très détendue, sans aucune conscience du danger… et j’en ai payé les conséquences les jours qui ont suivi.

L’ignorance et l’inconscience entraîne toujours des conséquences amères si bien que notre bonne volonté n’y change rien!

Les premiers jours de la semaine suivante étaient assez éprouvants car je n’avais de cesse de me gratter et au lieu de réagir pour chercher à savoir ce qu’il fallait faire en cas de piqûres de moustiques, je ne faisais que me gratter et y mettre de la crème pour les mains – une crème absolument pas appropriée pour la situation.

Pendant même que je me grattais à cause de la gêne qui résultait  des piqûres de moustiques, le parallèle entre toute cette situation et les dangers de l’inconscience dans la vie du croyant en JÉSUS LE CHRIST devint alors évident à mes yeux, plus qu’évident.

Résultat de recherche d'images pour "ignorance"Alors que je me grattais, j’étais aussi enseignée et je réalisais combien dangereuse peut-être l’attitude de certains d’entre nous pour ne pas dire suicidaire – et je pèse mes mots. En effet, lorsque nous qui nous réclamons disciples du CHRIST – autrement dit des personnes marchant sur Ses traces et L’imitant en toutes choses – n’avons pas conscience des réalités dont LE CHRIST avait pleinement et tout le temps conscience lorsqu’IL marchait sur cette terre, c’est comme si nous nous jetions volontairement dans la gueule de notre adversaire, le lion rugissant qui cherche qui dévorer.

Lisons ensemble 1 Pierre chapitre 5 verset 8 : Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera.

Ma bien-aimée sœur dans le récit plus haut représente le disciple conscient de l’enseignement de Son SAUVEUR et qui comme son SAUVEUR, vit dans la conscience – au-delà du simple savoir – d’être dans une guerre avec un adversaire méchant et haineux qui est à l’assaut de la moindre occasion pour le piquer et l’infecter de son venin. Ce venin peut représenter l’incrédulité, la peur, le doute, l’inquiétude, la jalousie, l’immoralité sexuelle, le manque de maîtrise de soi à tous niveaux, la tiédeur spirituelle, la paresse, la naïveté, le fait de ne pas prendre ses responsabilité pour préférer accuser les autres quant à sa condition, l’immaturité spirituelle qui est causée par la désobéissance au SAINT ESPRIT, le manque de vie de prière, la foi superficielle sans enracinement dans la connaissance et conscience grandissante du DIEU VIVANT et VRAI…

Lorsque notre adversaire le diable nous mort et que son venin nous est injecté, il est possible de ne pas nous en rendre compte sur l’instant si nous ne sommes pas sobres, vigilants, alertes. Telle fût ma condition dans le témoignage en début d’article, contrairement à celle de ma sœur qui parce qu’elle était alerte, aux aguets, ne fût absolument pas surprise de la présence des moustiques.

En réalité, elle s’y attendait et était préparée à y faire face d’où le fait qu’elle ne restait pas passive mais réagissait pour empêcher les moustiques de la piquer.

Éphésiens chapitre 6 versets 10 à 1310 Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante.11 Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable.12 Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.13 C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.

Dans le témoignage plus haut, je représente le croyant distrait, qui a l’intelligence obscurcie/enténébrée et qui marche comme les païens qui marchent selon la vanité de leurs pensées.

J’étais aveugle mais maintenant je vois.

Éphésiens chapitre 4 versets 17 à 2417 Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c’est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées.18 Ils ont l’intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur cœur19 Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d’impureté jointe à la cupidité.20 Mais vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris Christ,21 si du moins vous l’avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruits à vous dépouiller,22 eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses,23 à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence,24 et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.

Se pourrait-il que tu aies déjà été piqué(e) sans même t’en rendre compte et qu’actuellement le venin résultant de cette piqûre soit en train de se propager dans une partie ou dans tout ton être (esprit, âme et corps)? Ne réponds pas à la hâte mais considère ta manière de vivre, ton style de vie et mets-toi devant DIEU pour lui demander de te révéler tout endroit où tu aurais été piqué(e) sans même t’en rendre compte.

Mieux vaut tard que jamais pour te réveiller et réagir!

Pour revenir à l’exemple plus haut, j’avais certes réagi mais hélas tardivement seulement. Cela m’a valu de devoir en assumer les conséquences (ici cela représente le fait d’avoir été mal à l’aise, gênée durant plusieurs heures au point que je me levais du bureau pour aller aux toilettes espérant me soulager en mettant de l’eau à l’endroit des démangeaisons pour espérer un soulagement…le soulagement était de très courte durée).

L’ignorance et l’inconscience entraînent toujours la souffrance

Plusieurs jours plus tard alors que je songeais à la rédaction de cet article et commençais à en écrire les grandes lignes, je fis une recherche sur Internet sur les piqûres de moustiques et la manière efficace d’en être soulagé. Combien grande ne fût pas ma surprise de lire que l’application du savon de Marseille ou encore des glaçons soulageait de manière efficace et durable. 

Pourquoi fus-je surprise? Pour la simple et bonne raison que j’avais souffert de cette gêne pendant près d’une semaine alors que j’avais pourtant la solution à portée de main : le savon de Marseille ou encore des glaçons. Vous imaginez-vous? Pendant que j’allais dans les toilettes au bureau pour y mettre de l’eau et ensuite de la crème hydratante pour les mains, le savon de Marseille était juste à côté de moi, en face de moi mais par ignorance et par inconscience que ce savon était l’une des solutions qu’il me fallait, j’ai continué à souffrir.

C’est ainsi qu’un enfant de DIEU peut après avoir été piqué par son adversaire le diable d’une manière ou d’une autre – continuer de souffrir ou encore peut passer par des souffrances qui n’auraient pas dû être s’il avait considéré la solution de DIEU, la méthode de DIEU pour se sortir de là.

Vis-tu des situations qui ne sont pas le plan de DIEU pour ta vie et t’enfonces-tu dans ces situations et troubles à cause de ton ignorance ? Est-ce par ignorance que tu as fini par croire que ces souffrances sont des épreuves de la foi voulues par DIEU y compris lorsque ce n’est pas le cas? (Lire Épreuve de la foi ou conséquences du péché?)

Le fait de ne pas être sobre/concentré(e) en esprit nous conduit à porter sur les situations autour de nous un regard différent de celui du SAUVEUR et cela occasionne et occasionnera toujours des conséquences douloureuses d’une manière ou d’une autre.

Serait-il juste de dire que j’ai souffert pendant plusieurs heures sans soulagement durable parce que les choses devaient se passer ainsi? Non, c’est faux! J’ai souffert ainsi parce que j’étais ignorante et inconsciente de la solution qui était pourtant sous mes yeux. C’était ma responsabilité de chercher la solution, de la prendre et de l’utiliser pour l’appliquer à l’endroit des démangeaisons.

Ma sincérité dans mon ignorance du savon de Marseille qui était sous mes yeux constitua-t-elle une circonstance atténuante pour m’épargner la souffrance? Absolument pas!!! Ma bonne volonté ne m’a pas épargnée, j’ai payé le prix de mon ignorance et de mon inconscience! Il y a des principes ici bas : l’ignorance, l’insouciance ou l’inconscience dans la guerre invisible dans laquelle nous sommes engagés en tant que disciples de JÉSUS ne nous sera pas une excuse mais fera simplement de nous des victimes collatérales* de cette guerre et ce sera à nos risques et périls.

N’est-ce donc pas avec raison qu’un de nos aînés dans la foi a pu écrire :

1 Pierre chapitre 4 verset 7 : La fin de toutes choses est proche. Soyez donc sages et sobres, pour vaquer à la prière.

Matthieu chapitre 26 versets 41 : Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible.

Considère la solution de DIEU non pas seulement pour faire face à la piqûre dont tu es déjà victime…

Approche-toi du MAÎTRE JÉSUS notamment par la prière (je t’invite à lire des articles dans la catégorie Femme de prière), pour savoir comment être soigné(e), pour guérir de ce mal qui te ronge des suites d’une piqûre par ton adversaire le diable sous quelque forme qui soit.

C’est ici ta responsabilité et LE SAUVEUR ne fera pas ce par-là, cette action à ta place. (Lire Faux raisonnement partie 1 : Non DIEU ne te fera pas grâce )

… mais ensuite pour agir différemment à l’avenir

Apprends en tirant une leçon de ce que tu as vécu afin de ne plus être victime des piqûres de ton adversaire à l’avenir car ta sincérité ne t’épargnera pas des conséquences qui découlent de l’ignorance comme cela fût mon cas dans le témoignage en début d’article.

Il est bon d’arrêter la prolifération du venin autrement dit de guérir de ce mal que représente la piqûre de ton adversaire mais ensuite il faut veiller, être désormais aux aguets pour ne plus te faire piqué par ignorance ni par insouciance car nous sommes en guerre, que nous en ayons conscience ou non, la guerre spirituelle et invisible est bien plus réelle que ce que nos yeux voient au quotidien.

La connaissance est le remède face à l’ignorance c’est pourquoi je te recommande d’approfondir en consultant les différents articles dans la catégorie Animations chrétiennes : les vérités expliquées au travers de ces animations grandiront ta conscience de la réalité invisible. Tu pourrais d’ailleurs commencer par cette animation : Le monde spirituel invisible est bien réel

Ton problème c’est que TU NE SAIS PAS ÉCOUTER alors APPRENDS A ÉCOUTER (exhortation)

Une des choses qui nous a souvent causer du tort dans la vie a été le fait de mal écouter autrement dit d’écouter sans comprendre ce que dit réellement la personne pour comprendre autre chose à la place. 

Est-ce que ce cela te parle? Je te laisse écouter cet audio et te recommande aussi de faire un tour sur la chaîne YouTube (qui est une des deux chaînes que je tiens) sur laquelle je poste des vidéos qui ne sont pas systématiquement partagées ici sur le blog.

Pour être tenu(e) au courant de toutes les nouvelles publications, je te conseille de t’abonner, voici le nom de la chaîne : être une sentinelle

A très vite

Les panneaux de signalisation HUMAINS

Les panneaux de signalisation aident tous les usagers, quelque soit leur catégorie (automobiles, piétons, cyclistes…) à circuler en sécurité dans le respect des règles régissant le code de la route, des règles d’intérêt général. Ce sont des panneaux placés à des endroits visibles pour que tous puissent les lire et les considérer, les prendre en compte dans leur conduite pendant qu’ils sont sur la route. C’est ainsi qu’un automobiliste fera un arrêt d’au moins 3 secondes lorsqu’il verra un panneau STOP ou encore cédera le passage devant un passage piéton pour permettre au piéton de traverser la voie en toute en sécurité.

La sécurité de chacun et celle de tous, le bien-être commun/général est l’un des objectifs principaux de ces panneaux, si ce n’est le principal de sorte que celui qui les ignore volontairement ou par mégarde met sa propre vie en danger et ainsi que celle des autres usagers.

Pour exemple, le risque d’un accident très grave pour celui qui s’engage à contre sens dans une route à sens unique et un tel accident pourrait lui coûter la vie et aussi celles des autres usagers avec qui il rentrerait en collision.

Le non respect, la non lecture de ces panneaux a aussi pour conséquence la perte de temps.

Le temps du trajet sera ainsi rallongé pour celui qui prendra une route à l’issue de laquelle se trouve une impasse. Il sera obligé de revenir sur ses pas, ayant ainsi perdu du temps et de fait, de l’énergie. Ce temps perdu lui fera défaut tôt ou tard et cela d’une manière ou d’une autre.

Résultat de recherche d'images pour "conseillers bible"Cette logique est la même pour ce que j’ai nommé les panneaux de signalisation humains. Il s’agit des conseils que nous recevons de tierces personnes, des mises en garde, des encouragements à continuer dans une direction ou encore des réprimandes…

Contrairement aux panneaux de signalisation que nous retrouvons sur la route, ce sont ici d’autres êtres humains qui nous font comprendre les messages pour notre bon usage sur la route de la vie et ces messages peuvent être un STOP pour nous demander de nous arrêter, de ne pas continuer ce que nous faisions (il peut s’agir d’une manière de penser, d’un projet, d’une décision à prendre, d’une relation dans laquelle nous sommes engagés…) ou encore IMPASSE pour nous informer qu’il vaudrait mieux changer de voie car à l’issue de celle sur laquelle nous marchons, nous y rencontrerons un mur autrement dit nous ne pourrons pas aller plus loin et serons contraints de revenir sur nos pas après avoir connu certaines souffrances et désillusions.

Ces autres personnes sont souvent de celles qui ont déjà emprunté le chemin que nous empruntons actuellement ou que nous envisageons d’emprunter et qui nous dissuadent de continuer sur cette voie parce qu’elles en connaissent l’issue. Dans de telles situations, ces panneaux de signalisation humains nous mettent en garde.

Proverbes chapitre 15 verset 22 : Les projets échouent, faute d’une assemblée qui délibère; Mais ils réussissent quand il y a de nombreux conseillers.

Proverbes chapitre 11 verset 4 : Quand la prudence fait défaut, le peuple tombe; Et le salut est dans le grand nombre des conseillers.

Le mépris des panneaux de signalisation humains

Celui qui sciemment méprise les indications de ces panneaux humains prouvent ainsi sa folie et montre qu’il est insensé en se pensant sage à ses propres yeux. Tôt ou tard, le temps lui fera payer de prix de sa folie, de son mépris des messages véhiculés par ces panneaux de signalisation, messages qui avaient pourtant pour but de l’aider.

Quelques exemples de ces panneaux de signalisation humains :

1) Les parents biologiques

Ils sont sans conteste les premiers panneaux de signalisation dans la vie de chaque être humain en ce qu’ils sont – normalement – ceux qui nous ont appris à ne pas mentir, à ne pas voler, à ne pas faire le mal sous quelque forme qui soit. C’est ainsi qu’il nous corrigeaient lorsqu’étant enfants  nous ne disions pas merci après qu’une chose nous ait été donnée ou encore après qu’un service nous ait été rendu. Ils nous reprenaient pour nous apprendre le principe de la reconnaissance et son expression par le mot merci. Nos parents nous ont indiqué le chemin de la bienséance.

Résultat de recherche d'images pour "instruis l'enfant dans la voie bible"En principe, selon DIEU, le rôle des parents devrait être beaucoup plus profond que cela. Ils ont été désignés par LE DIEU QUI SAUVE pour être des panneaux de signalisation humains pour indiquer à leurs enfants le chemin du salut. Lire cette note : ICI

Aux parents qui me lisent : réalisez-vous le rôle de panneaux de signalisation que LE DIEU SOUVERAIN vous a attribué et surtout, jouez-vous pleinement ce rôle comme IL le veut de chacun de vous ?

2) Ceux qui nous ont précédés dans la foi en JÉSUS LE CHRIST

L’avantage qu’ont nos aînés dans la foi est d’avoir déjà eu à affronter d’une manière ou d’une autre, à ce que nous affrontons/traversons aujourd’hui. C’est ainsi qu’ils sont pour ceux qui les considèrent et écoutent leurs conseils avisés et emprunts de sagesse divine, un véritable tremplin pour aller de l’avant. Il y a certains sentiers auxquels j’ai renoncés sans y être allée jusqu’au bout parce que j’ai considéré ce qu’a été l’issue de ces sentiers pour des aînés dans la foi. Je me suis servie de leurs conseils, de leurs exemples – tant les réussites que les échecs, j’ai pris en compte les panneaux de signalisation qu’ils ont été et qu’ils sont et j’ai évité des impasses, des pertes de temps et surtout de grandes souffrances.

Proverbes chapitre 16 verset 18 : L’arrogance précède la ruine, Et l’orgueil précède la chute.

Proverbes chapitre 18 verset 12 : Avant la ruine, le cœur de l’homme s’élève; Mais l’humilité précède la gloire.

Proverbes chapitre 29 verset 23 :  L’orgueil d’un homme l’abaisse, Mais celui qui est humble d’esprit obtient la gloire.

Je crois que notre DIEU Se sert aussi des moments de grandes difficulté – lorsque nous nous retrouvons dans des impasses pour ne pas avoir écouté les conseils et pour n’en avoir fait qu’à notre tête, pour nous enseigner et nous faire apprendre la leçon que nous avions méprisée autrefois par folie, pour avoir été insensés.

Psaume chapitres 119 versets 66 à 67 : 66 Enseigne-moi le bon sens et l’intelligence! Car je crois à tes commandements. 67 Avant d’avoir été humilié, je m’égarais; Maintenant j’observe ta parole.

Toutefois, je pense que la volonté même de notre PÈRE est que nous écoutions et obéissions sans avoir à nous retrouver dans des situations douloureuses et difficiles. En effet, lorsque nous souffrons ainsi, ce n’est pas parce que notre PÈRE CÉLESTE le voulait mais parce que nous récoltons le fruit de nos désobéissances, de nos rébellions contre LUI et nous faisons donc face aux amères conséquences  pour avoir méprisé les différents panneaux de signalisation humains. Pour approfondir ce point, je recommande de lire cet article en cliquant : ICI

1 Pierre chapitre 4 versets 13 à 16 :  13 Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra.14 Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous.15 Que nul de vous, en effet, ne souffre comme meurtrier, ou voleur, ou malfaiteur, ou comme s’ingérant dans les affaires d’autrui.16 Mais si quelqu’un souffre comme chrétien, qu’il n’en ait point honte, et que plutôt il glorifie Dieu à cause de ce nom.

3) Ceux qui nous parlent de la part de DIEU

Crois-tu que ton SAUVEUR JÉSUS LE CHRIST peut te parler au travers de toute personne ? Je crois que oui! Il est de notre responsabilité d’être à l’écoute et suffisamment humbles et sages pour apprendre à reconnaître Sa voix et la direction qu’IL nous donne au travers d’une tierce personne. C’est à nous de ne pas rejeter ce qui nous est dit mais de considérer chaque chose (chaque conseil, chaque message qui nous est donné) pour l’examiner afin d’en retenir ce qui est bon.

Crois-tu que ton SAUVEUR JÉSUS LE CHRIST peut te parler au travers de personnes qui ne sont pas Ses disciples/pas chrétiennes/ pas membres du Royaume de DIEU ? Bien sûr que oui et seule l’humilité véritable du cœur nous permettra de ne pas mépriser ces personnes pour apprendre la leçon que LE SAUVEUR de tous les Hommes veut nous communiquer à travers elles.

Crois-tu que ton SAUVEUR JÉSUS LE CHRIST peut te parler au travers de tes enfants par exemple ou de personnes moins âgées ou encore moins expérimentées que toi dans la vie ? Bien-sûr que oui! Encore une fois, soyons humbles de cœurs sans mépriser qui que ce soit et apprenons à écouter attentivement ce que chaque personne nous dit réellement et non ce que nous pensons qu’elle dit car la nuance peut-être très grande. Je recommande cet audio que j’avais réalisé à suivre directement sur la chaîne YouTube associé à ce blog  en cliquant : ICI

Pour terminer, bien que nous pourrions entrer dans le détail en mentionnant différentes autres catégories de panneaux de signalisation humains, arrêtons-nous là afin de donner à chacun de la matière pour réflexion et pour considérer les différents panneaux de signalisation humains dans sa vie.

Se pourrait-il que tu sois actuellement en train de souffrir parce que tu récoltes les fruits de ton mépris des signaux envoyés par DIEU par le canal de ces panneaux de signalisation dans le passé? Si oui, prends le temps de te mettre devant LE SAINT ESPRIT et parle-LUI, demande-LUI pardon et demande-LUI de t’enseigner ce qu’IL faut que tu fasses pour te relever de là. Sois à Son écoute car LE SAINT ESPRIT parle et nous répond pour nous conduire dans toute la vérité. A chacun de nous d’être attentifs. Tu pourras lire les chapitres 14, 15 et 16 de l’évangile de Jean en méditant (en réfléchissant profondément) sur le rôle du SAINT ESPRIT et prie en fonction de cela pour que tu expérimentes LE SAINT ESPRIT dans toutes ces dimensions énoncées dans ces chapitres comme par exemple le fait de conduire dans toute la vérité.

Pourrais-tu terminer la lecture de cet article en exprimant ta reconnaissance à DIEU pour tous les panneaux de signalisation dans ta vie de manière générale et prier plus spécifiquement pour ceux d’entre eux qui jouent un rôle important dans ta vie ou qui ont joué un rôle important dans ta vie dans le passé?

Que DIEU te bénisse en renouvelant ton intelligence.

Recommandations de lectureNos alarmes humaines –  Cessons d’attribuer à DIEU le fruit de nos désobéissancesÉpreuve de la foi ou conséquence de mon péché ?

Susanna Wesley : UNE MÈRE PIEUSE qui enfanta des hommes de réveil!

« Seigneur, je ferai des efforts encore plus fermes pour cet enfant (John Wesley) que tu as sauvé si miséricordieusement. J’essaierai de lui transmettre fidèlement, pour qu’ils se gravent dans son cœur, les principes de Ta religion et de Ta vertu. Seigneur, donne-moi la grâce nécessaire pour mener à bien ce but avec sincérité et sagesse et bénis mes efforts en les couronnant de succès. » – Susanna Wesley.

« En beaucoup de choses, vous, ma mère, avez intercédé en ma faveur et vous l’avez emporté. Qui sait même maintenant si votre intercession pour que je renonce entièrement au monde a été couronnée de succès [ …]. Elle sera sans doute efficace pour corriger mon cœur comme elle le fut autrefois pour former mon caractère. » – John Wesley écrivant à sa mère.

D’après l’historien Lecky, c’est l’influence du Grand Réveil qui sauva l’Angleterre d’une révolution semblable à celle qui, à la même époque, laissa la France en ruines. Des quatre personnages qui se distinguèrent dans le Grand Réveil, c’est John Wesley qui joua le plus grand rôle. Jonathan Edwards, qui naquit la même année que Wesley, mourut trente-trois ans avant lui; George Whitefield, né onze ans après Wesley, mourut vingt ans avant lui et Charles Wesley prit une part active dans le mouvement pendant dix huit ans seulement, alors que John continua pendant un demi-siècle.

Mais pour que la biographie de ce célèbre prédicateur soit complète, il faut y inclure l’histoire de sa mère, Susanna. En effet, comme l’écrivit un biographe : « On ne peut raconter l’histoire du Grand Réveil qui eut lieu en Angleterre au siècle dernier (XVIIIème) sans reconnaître à la mère de John et Charles Wesley une grande part de l’honneur mérité; non seulement en raison de l’éducation qu’elle inculqua profondément à ses fils, mais aussi pour la direction qu’elle donna au réveil. »

Avec une profonde admiration, Samuel Wesley écrivit ceci à ses enfants : « Vous savez ce que vous devez à l’une des meilleures des mères… par dessus tout pour ses doux et salutaires conseils et avis maternels qu’elle vous a souvent prodigués pour vous amener à la crainte de Dieu… »

La mère de Susanna était la fille d’un prédicateur. Dévouée à l’œuvre de Dieu, elle épousa le célèbre pasteur, Samuel Wesley. Des vingt-cinq enfants de cette union, Susanna était la vingt-quatrième. Au cours de sa vie, elle suivit l’exemple de sa mère, consacrant une heure, matin et soir, à prier et à méditer les Écritures. D’après ce qu’elle écrivit un jour, on se rend compte de la place que tenait la prière dans sa vie : « Loué soit Dieu pour toute journée où nous nous conduisons bien. Mais je ne suis pas encore satisfaite, parce que je ne profite pas beaucoup de Dieu. Je sais que je suis encore trop loin de lui; je désire tenir mon âme plus étroitement unie à lui par la foi et l’amour. »

Susanna WesleySusanna Wesley vécut juste assez longtemps pour voir les fruits de son travail; deux mois avant sa mort, en juillet 1742, son fils John prêcha une série de messages de réveil dans leur ville natale d’Epworth, en Angleterre, aux foules les plus immenses que cette région eût jamais vues. Le ministère en plein développement de John et Charles allait avoir un impact sur les générations à venir, leur ouvrant la voie à l’Évangile de Christ.

Pourtant, leur succès était une bénédiction que Susanna n’était pas sûre que Dieu la laisserait apprécier dans cette vie; mélangés à son bonheur, quelques souvenirs douloureux traînaient dans son esprit. En dix-neuf ans, elle avait donné naissance à dix-neuf enfants, dont neuf moururent en bas âge – y compris deux paires de jumeaux. Un de ses bébés fut accidentellement étouffé par une bonne. Un autre demeura estropié pour la vie en raison d’un tragique accident.

Susanna fit face à ses épreuves avec la foi en Dieu qu’elle avait reçue tout enfant encore. Elle était la plus jeune des vingt-cinq enfants, qui naquit en 1669, de la famille du Dr. Samuel Annesley, un puissant serviteur de Dieu bien connu.

Ses parents étaient des ouvriers de Dieu pleins de grâce et inlassables dans Son œuvre, qui s’étaient souciés de rendre agréable le foyer durant toute leur vie. Le bureau de son père était un centre d’activités intellectuelles où beaucoup d’hommes renommés de l’époque discutaient sur les questions du moment.

Susanna gardait toujours une oreille attentive aux discussions, car elle aimait apprendre. Elle eut la rare opportunité d’accéder à l’instruction comme peu de femmes de son temps pouvaient le faire, et elle en tira le meilleur profit. Son brillant esprit absorbait l’instruction que son père lui prodiguait.

Susanna se rappelait ces jours-là avec tendresse, particulièrement sa croissance dans le Seigneur. Elle écrivit dans une lettre : « Je te dirai quelle règle j’observais quand j’étais jeune et trop attachée aux diversions enfantines : ne jamais passer plus de temps dans les simples loisirs dans un seule journée que dans des dévotions religieuses personnelles.«  Elle était aussi jolie et captivante extérieurement qu’elle ne l’était dans son cœur, et le jeune Samuel Wesley le remarqua rapidement. Ils se marièrent le 11 novembre 1688, quand Susanna eut dix-neuf.

Mais quand elle l’épousa, elle n’avait pas prévu la vie difficile qu’ils allaient vivre.

La première bataille fut d’ordre matériel. Du fait que Samuel était un ministre nouvellement ordonné dans l’Eglise d’Angleterre, il dut attendre d’être nommé pasteur des paroisses qui lui payassent un salaire suffisant. Par la suite, il fut nommé recteur à Epworth, une bonne position, mais entre-temps ils étaient submergés de dettes. Ce qui n’arrangeait guère la situation était que Samuel était un bien mauvais gestionnaire. Chaque tentative hasardeuse dans le domaine financier qu’il entreprenait tournait au désastre et les laissait encore plus pauvres qu’avant. Coincée entre les enfants à élever et l’épreuve des maladies prolongées, Susanna ne pouvait pas beaucoup contribuer à compléter ses revenus. La générosité des amis et des défenseurs permit de subvenir à leurs besoins pendant les périodes les plus mornes.

En dépit de son amour pour elle et de son engagement pour Christ, Samuel n’avait pas conscience de ses fautes. A certains moments, il était tyrannique et despotique à la maison. Une fois, après un désaccord mineur, il abandonna Susanna et leurs enfants pendant une année entière.

Quelles que fussent les circonstances, toutefois, Susanna était résolue à s’occuper de sa famille de la meilleure façon possible.

Bien que leurs ressources fussent limitées, elle commença une école quotidienne pour ses enfants. Elle disait que son but était exclusivement « le salut de leurs âmes, » et, par conséquent, l’instruction académique rigoureuse ne prit jamais la priorité sur l’instruction dans la Parole de Dieu. Chaque jour avant les cours, elle se consacrait une heure pour la lecture des Écritures et pour la prière, et ensuite les conduisait à chanter des psaumes.

Le biographe d’Arnold Dallimore note la chose suivante : « Susanna éduqua ses enfants à obéir, et ce faisant façonna richement leurs caractères. » Chaque enfant avait des responsabilités distinctes, ce qui était une nécessité pour faire fonctionner un si grand ménage. Quand l’un d’eux était turbulent, Susanna réagissait avec une discipline appropriée. Bien que certains éducateurs d’enfants modernes critiquent les méthodes de Susanna, leur jugement à son égard est juste : jamais n’exerçait-elle une discipline excessive ou dure.

Parce que Susanna voulait développer une relation personnelle avec chacun de ses enfants, elle programma un rendez-vous privé avec chacun d’eux une fois par semaine en vue de les encourager. Ces liens de foi et d’amour les aidèrent à surmonter des difficultés et privations continuelles.

Le célèbre commentateur de la Bible, Adam Clark, écrivit au sujet de Samuel et Susanna Wesley et de leurs enfants : « Je n’ai jamais rien vu ni jamais rien entendu de pareil à cette famille, à laquelle nous devons tant, et je ne sais pas non plus s’il en a existé de semblable depuis Abraham et Sara ou Joseph et Marie de Nazareth. »

Au foyer de Samuel Wesley, on n’omettait jamais le culte familial dans le programme de la journée.

Quelle que fût l’occupation des membres de la famille ou des serviteurs, tous se réunissaient pour adorer Dieu. Lorsque son mari s’absentait, Susanna, le cœur enflammé par le feu du ciel, dirigeait les prières. On raconte qu’un jour, alors que l’absence de son mari se prolongeait plus que de coutume, trente à quarante personnes assistèrent au culte célébré dans la maison des Wesley et la faim de la Parole de Dieu augmenta tellement que la maison se remplit de voisins qui vinrent assister à la réunion de prières.

Susanna Wesley croyait que « celui qui ménage sa verge hait son fils » (Proverbes 13:24) et elle ne voulait pas entendre ses enfants pleurer. Grâce à cela, bien que sa maison fût pleine d’enfants, il n’y avait jamais ni scènes désagréables ni tapage au foyer du pasteur. Jamais aucun de ses enfants n’obtint ce qu’il désirait par les larmes dans la maison de Susanna Wesley.

Pour Susanna, le jour de son cinquième anniversaire, chaque enfant devait apprendre l’alphabet, et tous, à l’exception de deux, accomplirent la tâche au moment fixé. Le lendemain de ses cinq ans, ayant maîtrisé l’alphabet, l’enfant commençait à apprendre à lire et ce, avec le premier verset de la Bible.

Tout petits, les enfants, au foyer de Samuel Wesley et de sa femme, apprirent à assister fidèlement au culte. Dans aucun récit, on ne trouve des faits aussi profonds et émouvants que ceux que l’on raconte au sujet des enfants de Samuel et Susanna Wesley, car, avant même de pouvoir se mettre à genoux ou de savoir parler, on leur apprenait à rendre grâces pour leur nourriture par des gestes appropriés. Lorsqu’ils commençaient à parler, ils récitaient le Notre Père matin et soir; on leur apprenait en outre à prier pour d’autres choses selon leurs désirs [ …]. Arrivés à l’âge approprié, on attribuait à chaque enfant un jour de la semaine afin de pouvoir parler en particulier avec sa mère de ses « doutes et de ses problèmes. »

Dans la liste, le nom de John figure le mercredi et celui de Charles le samedi. Pour chacun des enfants « son jour » devenait une journée précieuse et mémorable [ …].

Il est émouvant de lire ce que John Wesley, qui était le quinzième des dix-neuf enfants de Samuel et Susanna Wesley, vingt ans après avoir quitté la maison paternelle, disait à sa mère : « En beaucoup de choses, vous, ma mère, avez intercédé en ma faveur et vous l’avez emporté. Qui sait même maintenant si votre intercession pour que je renonce entièrement au monde a été couronnée de succès [ …]. Elle sera sans doute efficace pour corriger mon cœur comme elle le fut autrefois pour former mon caractère. »

Deux fois leur maison fut détruite par un incendie, et Dieu les sauva des flammes.

Dans le deuxième incendie, John avait seulement cinq ans et fut piégé à l’étage. Ni Susanna ni Samuel ne pouvaient l’atteindre, mais ils l’entendaient crier de crainte. Ils se mirent à prier, et John apparut devant la fenêtre juste à temps pour être saisi avant que le toit ne s’effondrât.

Après le sauvetage spectaculaire de John de l’incendie, sa mère, profondément convaincue que Dieu avait de grands projets pour son fils, prit la ferme résolution de l’éduquer pour servir et être utile à l’œuvre de Christ. Susanna écrivit dans ses méditations particulières : « Seigneur, je ferai des efforts encore plus fermes pour cet enfant que tu as sauvé si miséricordieusement. J’essaierai de lui transmettre fidèlement, pour qu’ils se gravent dans son cœur, les principes de Ta religion et de Ta vertu. Seigneur, donne-moi la grâce nécessaire pour mener à bien ce but avec sincérité et sagesse et bénis mes efforts en les couronnant de succès. » Elle mit tant de constance à mettre en pratique sa résolution qu’à l’âge de huit ans, John fut admis à participer à la Cène du Seigneur.

Ce qui suit, écrit par la mère de John, montre comment elle s’appliquait à « ordonner à ses fils et à sa maison après elle de garder la voie de l’Eternel » (Genèse 18:19).« Pour former l’esprit d’un enfant, la première chose à faire est de dominer sa volonté. Instruire son intelligence prend du temps et doit se faire progressivement, selon les capacités de l’enfant. Mais sa volonté doit être subjuguée d’un seul coup, et le plus tôt est le mieux […]. Ensuite on peut diriger l’enfant en faisant appel au raisonnement et à l’amour des parents, jusqu’à ce qu’il atteigne un âge où il peut faire usage de sa raison. »

Peu avant de mourir à l’âge soixante-treize ans, Susanna écrivit à Charles pour décrire sa foi. Elle admettait que pendant des années elle avait lutté dans le doute et la confusion au sujet de son salut, mais que, finalement, elle eut la paix complète. « Quand j’avais oublié Dieu, c’était là que je m’apercevais alors qu’Il ne m’avait pas oubliée. Même dans ces moments-là, Il appliquait réellement, par Son Esprit, les mérites de la grande expiation à mon âme, me disant que le Christ mourut pour moi. »

Sa famille rassemblée autour de son chevet pendant sa maladie finale, elle prononça les paroles suivantes : « Mes enfants, dès que je serai libérée, chantez un psaume de louange à Dieu. » Sur l’épitaphe de sa tombe, figurent, en partie, les mots suivant : « …Ci-gît le corps d’une chrétienne, échangeant la croix pour une couronne.« 

Source : http://sentinellenehemie.free.fr/bio_susannawesley.html