Cessons d’attribuer à DIEU le fruit de nos rébellions, de nos désobéissances

Bonjour tout le monde,

Que penserais-tu de l’attitude d’une épouse qui a trompé son époux et qui met le comble à son infidélité en osant présenter l’enfant né de cette relation adultérine comme « l’enfant conçu avec son époux » et qui s’étonnerait que son époux lui réponde « non, il/elle n’est pas le fruit de mes entrailles »?

L’infidélité, l’adultère… L’Église est présentement fiancée au MESSIE ( Lire 2 Corinthiens chapitre 11 verset 2), elle est Son Épouse qu’IL reviendra BIENTÔT chercher. Cette relation implique de fait confiance, loyauté, fidélité, dévotion.

Que penser alors de l’Église qui ose présenter le fruit de ses infidélités à L’ÉPOUX comme venant du SAINT? Où veux-je en venir?

Aux paroles, témoignages dans lesquels le croyant présente comme venant de DIEU ce qui est le fruit des efforts de sa chair, de sa rébellion/désobéissance contre DIEU. À l’affront initial, vient ainsi se rajouter celui de l’hypocrisie, du mensonge car c’est mentir que de dire que « DIEU a fait grâce et m’a aidé(e) » lorsque je me suis aidé(e) MOI-MÊME ».

Illustration : Jacques notre croyant dit aux frères et sœurs en CHRIST : « DIEU a fait un miracle pour moi, IL m’a donné la réussite à mes examens/à mon entretien d’embauche. Je veux LUI rendre toute la gloire car sans LUI je n’y serais jamais parvenu ».

Cela sonne bien, très religieusement correct. Seulement le problème qui se pose est que Jacques a sciemment refusé de préciser qu’il a réussi à ses examens parce qu’il a triché/qu’il a été embauché parce qu’il a menti en falsifiant les informations sur son CV/en mentant ouvertement durant l’entretien d’embauche.

Est-ce réellement LE SAINT QUI a fait ou est-ce Jacques qui a fait lui-même par le bras de la chair? Or tout ce qui émane de la chair ne saurait plaire à DIEU. Comment alors OSER LUI attribuer un tel fruit? Où est passée la crainte du DIEU SAINT, de CELUI dont les yeux sont trop purs pour voir l’iniquité? L’enlisement dans le sommeil spirituel a aussi pour conséquence de pousser le croyant à agir de manière insensée alors qu’IL est de moins en moins conscient du SAINT.

Église,

Si nous arrêtions d’essayer de faire passer le fruit de la rébellion contre DIEU (= faire MA propre volonté) pour la bénédiction de DIEU? C’est de jouer à un jeu très dangereux que de persister dans cette voie, sur cette pente glissante.

Alors que certains d’entre nous nous réunirons avec d’autres croyants aujourd’hui, je supplie celui/celle qui avait l’intention de FAIRE PASSER Ismaël (le fils né de la volonté de la chair, par les moyens de la chair) pour Isaac (né de la volonté de DIEU, au temps de DIEU et à la manière de DIEU) de s’abstenir, pour l’amour du SAINT.

Revenons à la crainte respectueuse de DIEU.

Lire Genèse des chapitres 16 à 21 pour y voir que bien après qu’Abram ait enfanté Ismaël, DIEU lui a donné le fils de la promesse alors qu’il s’est soumis à DIEU, LE laissant le transformer d’Abram à Abraham.

Église, empruntons le chemin de la repentance sincère en CHRIST, sortons des attitudes qui en réalité ne mettent qu’en exergue l’absence ou la diminution de la crainte de DIEU à l’intérieur de nous.

À méditer : Proverbes chapitre 28 verset 13 et  1 Jean chapitre 1 verset 9

Maranatha!

Sourcehttp://jesuschristestmavie.com/cessons-dattribuer-a-dieu-le-fruit-de-nos-rebellions-de-nos-desobeissances/

 

Lire les notes suivantes : La prière INJUSTE & Ismaël ‘est pas Isaac & N’endurcissez pas vos cœurs (animation)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *