La valeur d’un BON FOYER

Par Aiden Wilson Tozer

L’institution la plus ancienne du monde est le foyer familial. Ses débuts remontent au jardin que Dieu a planté vers l’Est dans Éden, où Il avait placé l’homme et la femme qu’Il avait créés. Voilà dans quelles conditions idéales a été créé le foyer, l’unité sacrée de la société humaine. Durant de longs siècles, il a amassé autour de lui une couronne de richesses de belles associations et souvenirs.

Pensez un peu à la maison familiale. Depuis belle lurette elle est restée le point de mire autour duquel sont rassemblées nos pensées les plus chaleureuses. Elle est un refuge pour les troublés, un havre pour les naufragés, un lieu de repos où l’on peut retourner lorsqu’on est fatigué et opprimé par un monde qui nous dépasse. Qu’elle soit meublée humblement, qu’elle soit de taille modeste, il y a toujours de la place pour nos cœurs, l’élément le plus riche et le plus beau.

Notre nature est si perverse que nous arrivons parfois à oublier la bénédiction et le trésor qu’était le foyer de notre enfance. Mais, bien que nous nous égarions loin de sa présence, le moment viendra sûrement où nous nous en souviendrons avec des pensées tendres et chaleureuses.

Si jamais nous nous trouvons visités par la maladie ou frappés par un lourd coup, et si jamais notre confiance se trouve ébranlée, nous nous en souviendrons. Le cœur retournera chez lui à nouveau comme une colombe vers sa fenêtre. Alors, les visages aimés souriront encore et les voix qui ont été silencieuses depuis des années, seront entendues à nouveau. En un instant, les années reculent, et nous nous trouvons ensemble avec les membres chéris de notre famille encore une fois; bien que séparés par des centaines de kilomètres et des années entières. Pour nous, chaque visage est reconnaissable, toujours jeune et beau; nous entendons prononcer encore notre surnom – que nous avions presque oublié -, et cela nous semble doux et un peu étrange après tant d’années passées. C’est alors que nous reconnaissons combien les moments passés ‘chez nous’ au sein de notre propre peuple dans la paix étaient doux et précieux, avant que les attractions d’adulte pour les trésors et la renommée nous aient attiré vers un monde plus large.

Des impressions acquises pendant la jeunesse sont plus puissantes pour la formation de notre caractère que toute autre influence apprise plus tard.

Parfois nous pouvons voir à quel point les hommes sont influencés par le tout premier enseignement maternel, appris comme par accident dans leur foyer d’enfance. Ce vieillard, immigrant vers nos côtes lorsqu’il était encore jeune enfant, qui a parlé notre langue presque toute sa vie, se couche pour son repos final. Avant que sa voix ne soit perdue dans la mort, il chuchote une prière finale à son Dieu et Père – non pas dans la langue de ses année d’adulte, mais dans celle de sa patrie, celle qu’il aura entendue pour la première fois dans son foyer lointain à travers les mers dans le pays de sa naissance. Les débuts de la vie retournent vers sa fin.

Il est d’une importance vitale que nos foyers soient préservés.

Une nation n’est pas plus forte que ses foyers. Aucun gouvernement ne peut se substituer à ce que fait la famille. Des agences nationales ne peuvent ni aimer, ni câliner le bébé, ni faire un bisou sur ses bobos, ni entendre sa prière à la fin de la journée. Ce sont les pères et les mères qui font les foyers et personne d’autre ne le peut.

Que nos foyers produisent des délinquants ou des bons citoyens dépendra entièrement du genre de pères et mères qui animent ces familles.

Si la famille est l’institution la plus ancienne sur terre, c’est l’Église qui en est la plus noble, et du point de vue historique il y a toujours eu un rapport étroit entre les deux. La famille qui reste près des valeurs de l’Église est celle qui sera la plus unie. Des parents croyants font des enfants croyants, et bien qu’il puisse y avoir des exceptions à la règle, des garçons et des filles éduqués dans un foyer chrétien ont tendance à être de bons citoyens en tant qu’adultes. Les armées de criminels ne recrutent pas leur corps parmi les enfants de l’Église.

La police et les autorités sociales sont d’accord sur le fait que la meilleure garantie contre la délinquance parmi les jeunes, c’est une bonne formation religieuse. L’exemple des gens sérieux, ayant la crainte de Dieu, est une influence puissante pour un meilleur monde. Des jeunes gens qui jouissent de la bénédiction d’avoir eu l’association de chrétiens sérieux, dans l’église ou dans la famille, ont un avantage puissant par rapport à ceux qui ont été élevés en dehors de l’Église.

L’Église ne peut sauver l’âme; mais elle peut servir comme école efficace de moralité.

En plus de l’Évangile qui retentit parmi de vraies églises chrétiennes, on entend aussi l’enseignement de la justice, la valeur de l’honnêteté, de la pureté et de la véracité, ainsi que la supériorité des vertus familiales. Ce sont là des trésors plus valables que des rubis. Aucun enfant ne doit être privé des avantages qu’elles apportent.

Les parents qui désirent le meilleur pour leurs enfants ne devraient pas négliger leur enseignement spirituel. A ces parents, nous offrons les suggestions suivantes : commencez à emmener vos enfants de façon régulière à une bonne église. Aidez-les à faire connaissance d’autres enfants de leur âge au sein de l’église. Faites en sorte que vos enfants fréquentent l’école du dimanche et puis, soutenez ces efforts par la lecture familiale de la Bible.

Surtout, faites confiance à Jésus-Christ et soyez un bon exemple à la maison. Vous ne le regretterez jamais.

Référence : The Price of Neglect (Le Coût de la Négligence), chapitre 32, A.W. Tozer

Sourcehttp://sentinellenehemie.free.fr/awtozer21.html

Commentaire de femmeselonlecoeurdedieu.fr

Pourrais-tu prendre le temps de réfléchir sur ce que tu viens de lire et d’en faire un sujet de prière en rapport avec ta situation présente : que tu sois ou non déjà parent ?

Ma prière est que chacun de nous résolve dans son cœur d’offrir aux enfants que DIEU lui a confiés/lui confiera une bon foyer d’autant plus si nous n’avons pas été élevés dans de tels foyers.

Gloire soit rendue à DIEU en JÉSUS de ce qu’IL nous rend capables d’être de bons parents selon Ses standard grâce au SAINT ESPRIT QUI habite en nous. Non, nous ne sommes plus condamnés à reproduire les modèles de foyers auxquels nous avons été exposés car un modèle plus excellent est à imiter : la famille et le foyer selon les principes du SAINT ESPRIT !

Pour approfondir, je recommande les notes suivantes : Présence indispensable Mère, tu es la colonne vertébrale de la nation ! Suzanna Wesley : une mère pieuse qui enfanta des hommes de réveil ! L’alliance atteint les enfants Les portes ouvertes pendant l’enfance Lettre des enfants aux parents

Et si tu partageais ce lien à d'autres pour leur édification?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *